Ecoutez Radio Sputnik
    Officiers de police belge

    SOS terroristes en détresse: les djihadistes européens ont le mal du pays

    © AFP 2019 PHILIPPE HUGUEN
    International
    URL courte
    27443
    S'abonner

    Les terroristes d'origine européenne sont fatigués de se battre dans les rangs de Daech. Comble du comble, ils demandent de plus en plus fréquemment l’aide de leur ambassade pour regagner leur pays d’origine.

    Alors que le groupe terroriste est en pleine déconfiture, les terroristes européens recrutés par Daech se sont retrouvés dans une situation déplorable. Sur fond de pertes importantes en Syrie et en Irak, les nouvelles recrues originaires d’Europe aspirent désormais à regagner leurs pays, informe le Wall Street Journal se référant aux diplomates de six ambassades de cinq pays occidentaux en Turquie.

    "Leurs forces (de Daech, ndlr) commencent à quitter certaines villes. Plusieurs Français reviennent (en France, ndlr). Ils ont l'impression que tout ne se passe pas comme prévu", raconte le coordinateur national du renseignement français Didier Le Bret cité par le Wall Street Journal.

    D'après les informations du quotidien américain, environ 150 citoyens français et de cinq autres Etats européens se sont adressés aux diplomates de leurs pays respectifs afin d'être rapatriés. On ignore toutefois le nombre exact d'Européens recrutés par Daech.

    Le renseignement des pays européens en question devront désormais procéder à un examen minutieux des transfuges afin de vérifier s'ils sont vraiment repentis ou s'ils envisagent de commettre des attentats un fois de retour en Europe.


    Lire aussi:

    Premier ministre irakien: la libération de Falloujah est proche
    L'aviation russe détruit quatre sites pétroliers de Daech à Raqqa et à Homs
    Le djihadiste de quatre ans opéré en Suède
    Daech envisage d'élargir son califat à deux provinces turques
    Tags:
    terrorisme, Etat islamique, Didier Le Bret, Turquie, Europe, Syrie, France, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik