Ecoutez Radio Sputnik
    Membres du groupe djihadiste Front al-Nusra

    Les USA s’allieront-ils à Al-Qaïda pour faire tomber Assad?

    © AFP 2019 Fadi al-Halabi
    International
    URL courte
    45451
    S'abonner

    Obsédés par l'idée de renverser le président syrien Bachar el-Assad, les Etats-Unis seraient prêts à conclure une alliance avec le groupe terroriste Al-Qaïda.

    Dans un entretien à RT, l'ancien ambassadeur du Royaume-Uni en Syrie Peter Ford a déclaré que les Etats-Unis ne se rendaient pas compte du danger moral et pratique d’un rapprochement avec Al-Qaïda. 

    Le département d'Etat américain a demandé à la Russie de faire une distinction, pendant ses opérations, entre les groupes terroristes et l'opposition. Ce qui paraît absurde au diplomate car, de fait, les Etats-Unis prennent parti pour Al-Qaïda. 

    "C’est comme si l'Amérique avait perdu ses repères. Elle est tellement obsédée par sa volonté de renverser Assad et le pouvoir laïc en Syrie, qu'elle est prête, de fait, à conclure une alliance avec un ennemi des plus hostiles, à savoir Al-Qaïda", a déclaré l'ex-ambassadeur en Syrie. 

    Selon M.Ford, Washington devrait entendre la voix raisonnable de Moscou. La Russie exige que les forces de la soi-disant opposition modérée se libèrent de l'étreinte du Front al-Nosra (branche locale d’Al-Qaïda) ce qui lui permettrait d'effectuer les frappes aériennes contre les positions du Front. 

    Même si le Front al-Nosra est le seul à avoir prêté allégeance à Al-Qaïda, d'autres groupes djihadistes, notamment Jaysh al-Islam, Ahrar al-Sham ou Fatah al-Islam, n'en diffèrent pratiquement en rien en termes d'idéologie et de tendances confessionnelles. M.Ford juge qu'ils ne sont pas moins enclins aux massacres et aux excès de violence. 

    "Ce sont tous les mêmes. Il est très dangereux d'y associer une poignée d'opposants laïcs vraiment démocratiques qui constituent une minorité infime sur le terrain", a averti M.Ford. 

    Lundi, le ministère syrien des Affaires étrangères a informé l'Onu des attaques menées depuis le 3 juin par les combattants du Front al-Nosra et d'Ahrar al-Sham contre la ville d'Alep. 

    "Ces attaques constituent un nouvel épisode d'actes de terrorisme systématiques. Ils sont planifiés par le régime turc et réalisés par des groupes de "l'opposition modérée" en coordination avec le Front al-Nosra et d'autres terroristes", signale le document de la diplomatie syrienne.

    Le 4 juin, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a annoncé que les bombardements des djihadistes avaient fait plus de 270 morts et plusieurs centaines de blessés parmi la population civile. 

    Boîte du gaz. Image d'illustration
    © AP Photo / Kurdistan Region Security Council
    Le communiqué du Centre signale que les combattants du Front al-Nosra ont profité de la trêve et du fait que leurs détachements étaient déployés dans les mêmes zones que les unités de l'opposition "modérée" pour repositionner leurs forces et s'approvisionner en armes. 

    En outre, des armes et munitions larguées par les hélicoptères militaires américains et destinées à la soi-disant opposition modérée sont tombées entre les mains des terroristes de Daech. 


    Lire aussi:

    Al-Qaida est-il devenu "fréquentable" pour l’Occident?
    Daech et le Front al-Nosra mènent des tirs contre Alep
    Le Front al-Nosra masse 6.000 hommes près d'Alep
    L’armée syrienne a repoussé les offensives du Front al-Nosra à Lattaquié
    Tags:
    terrorisme, opposition modérée, alliance, Ahrar al-Sham (Libres du Sham), Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), Front al-Nosra, Al-Qaïda, Peter Ford, Libye, Syrie, Irak, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik