International
URL courte
57530
S'abonner

Le 2 juin, la justice du Malawi a interdit aux sorciers et aux guérisseurs d'exercer et ce pour protéger les albinos, cibles de meurtres rituels. Bien que des interdictions similaires soient en vigueur dans plusieurs pays du continent noir, l'extermination des albinos s'y poursuit.

Dans plusieurs pays d'Afrique subsaharienne, les personnes atteintes d'albinisme sont régulièrement victimes d'homicides. La cause réside dans les croyances et les superstitions locales qui attribuent aux organes des albinos des pouvoirs magiques.

Le Malawi n'y fait pas exception: 65 cas d'attaques, d'enlèvements ou d'assassinats d'albinos y ont été recensés depuis fin 2014, selon les données fournies par la police locale. Pour leur venir en aide, la justice locale a interdit à tous les sorciers et guérisseurs traditionnels d'exercer. Or, à elle seule, la mesure reste insuffisante. La croyance est bien enracinée dans l'esprit des populations et un vaste programme de sensibilisation s'impose.

​Face à l'envergure du problème, les Nations unies ont tiré la sonnette d'alarme. Au printemps dernier, l'organisation a dépêché au Malawi Ikponwosa Ero, une experte indépendante elle-même albinos.

Sa conclusion fut la suivante: la situation des albinos "constitue une urgence, une crise inquiétante vu ses proportions. C'est un groupe en danger menacé de disparition méthodique si rien n'est fait pour mettre un terme aux atrocités".

​Et d'ajouter que même morts les albinos ne reposent pas en paix, leurs tombes étant profanées. Autre fait particulièrement inquiétant, les personnes atteintes d'albinisme avouent être surnommées "argent" par des passants et voisins.

Au Malawi, ils sont quelque 10.000 à souffrir d'albinisme, une particularité génétique héréditaire qui se traduit par l'absence de pigment dans la peau et dans les cheveux. Mais les attaques à l'encontre des albinos touchent aussi d'autres pays du continent africain, dont le Burundi, le Kenya, le Mali et la Tanzanie.

​Dans ce dernier pays, les organes des albinos sont vendus 400 dollars aux sorciers et guérisseurs. Selon les informations de l'AFP, depuis 2013, le nombre de crimes à l'encontre des albinos est monté en flèche. Et quoique la Tanzanie ait interdit la sorcellerie dès le début de 2015, les crimes se poursuivent. D'ailleurs, même les enfants sont dans le viseur: début mars, des hommes armés ont coupé la main d'un enfant albinos de six ans après l'avoir agressé. A la mi-février, un bébé de 18 mois a été enlevé avant d'être retrouvé amputé de ses jambes et de ses bras…

Lire aussi:

A 18 ans, il déclare la guerre à la prostitution infantile... et la gagne
Irak: 19 femmes kurdes brûlées vives par Daech
Nestlé admet l'esclavage en Thaïlande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook