Ecoutez Radio Sputnik
    Prière à La Mecque

    Riyad n'a pas le monopole sur La Mecque

    © REUTERS / Ali Al Qarni
    International
    URL courte
    36294

    Cette année, les Iraniens seront privés du pèlerinage à La Mecque. La raison? Faute d'entente entre Riyad et Téhéran sur les conditions de l'organisation du "hadj". Rappelons que l'année dernière une gigantesque bousculade près de la ville sainte avait coûté la vie à 2.300 pèlerins, dont plus de 450 Iraniens.

    Tout comme le Vatican n'appartient pas à l'Italie, mais aux chrétiens, La Mecque n'est pas propriété de l'Arabie saoudite, mais des musulmans du monde entier, considère le responsable des questions internationales au Centre de la culture et des relations islamiques Abbas Khameyar. Ce dernier estime que l'Arabie saoudite a politisé le pèlerinage pour exercer des pressions sur l'Iran.

    "Dans le cadre d'un mémorandum signé il y a plusieurs année, l'Organisation iranienne du hadj collaborait avec succès avec les autorités saoudiennes pour ce qui est de l'organisation du pèlerinage des citoyens iraniens. Chaque année, des amendements étaient apportés au mémorandum en fonction des besoins. Or, suite aux divergences politiques entre nos pays, l'Arabie saoudite a politisé le hadj. Ces actions peuvent être qualifiés comme autant de tentatives d'exercer des pressions sur les autorités iraniennes et de se venger contre le peuple iranien pour qui le pèlerinage a toujours été un rite religieux exempt de toute politisation", a-t-il indiqué dans un entretien à Sputnik.

    Toutefois, les autorités saoudiennes ont lié cette question à la rupture des relations diplomatiques entre Riyad et Téhéran.

    "Nous avons l'impression que dès le début la partie était faite de telle sorte que l'Iran n'avait aucune chance d'envoyer ses citoyens en pèlerinage. Des conditions pénibles ont été créées même pour nous, les diplomates en charge de cette question. Tout d'abord, le processus de délivrance de visas pour les membres du groupe de négociateurs iranien a duré trois mois. Ensuite, lors du deuxième round de négociations, nous avons réalisé que les Saoudiens n'avaient aucune intention de résoudre le problème. Nous avons appris qu'ils avaient proposé à trois pays musulmans de loger à un prix très compétitifs leurs pèlerins dans des immeubles qui étaient initialement destinés aux pèlerins iraniens", confie-t-il.

    En outre, l'Arabie saoudite a inventé toute une série d'obstacles à l'accord. Elle n'a notamment pas donné suite à la demande de Téhéran d'envoyer un groupe de médecins pour accompagner les pèlerins âgés. Et vu la chaleur qui règne en Arabie saoudite pendant la saison estivale, cette demande est tout à fait adéquate et logique.

    "Mais la question primordiale résidait dans les garanties de la sécurité de nos pèlerins. D'autant plus que les Iraniens figurent parmi pèlerins les plus disciplinés. L'année dernière, près de 500 Iraniens ont trouvé la mort, il est crucial pour nous de prévenir la réédition de cette tragédie. Malheureusement, les autorités saoudienne ne nous ont pas fourni ces garanties", explique Abbas Khameyar.

    Selon lui, l'Arabie saoudite n'est pas la propriétaire de La Mecque, d'ailleurs ses rois se qualifient de "gardiens des deux lieux saints" et non de propriétaires. "Mais dans les faits ils se comportent comme s'ils étaient les seuls propriétaires, et pendant les négociations, ils dictent leurs conditions et leurs règles à tous les autres", a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

    Lire aussi:

    Bousculade à La Mecque: l’Iran promet des poursuites
    Le ton monte entre Riyad et Téhéran après la bousculade à La Mecque
    Le bilan de la bousculade de La Mecque s'alourdit à 769 morts
    Tragédie à La Mecque
    Tags:
    relations diplomatiques, victimes, bousculade, pèlerinage, Riyad, Téhéran, La Mecque, Arabie Saoudite, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik