Ecoutez Radio Sputnik
    Ban Ki-moon

    Onu: Riyad retiré de la liste noire suite à un chantage

    © AP Photo / Martin Mejia
    International
    URL courte
    28242

    Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a admis que Riyad avait été retiré de la liste noire des pays violant les droits des enfants suite aux pressions exercées par l’Arabie saoudite et ses alliés sur l’Onu.

    Accusé par l'Onu de la mort de centaines d'enfants au Yémen, Riyad a exercé des pressions sur les Nations unies, a reconnu le secrétaire général de l'organisation.

    La coalition arabe menée par l'Arabie saoudite a été placée début juin sur la liste noire des pays violant les droits des enfants. Selon le document rédigé par l'Onu, les frappes de la coalition, qui soutient le gouvernement yéménite contre les rebelles chiites houthis, a provoqué la mort de 60% des enfants tués dans le conflit au Yémen en 2015.

    Cependant, l'Arabie saoudite n'a figuré dans la liste noire que l'espace d'une semaine. Il y a quelques jours, Riyad en a été retiré. La décision, indique M. Ban, "a été une des plus difficiles et des plus douloureuses" qu'il ait jamais prises.

    Selon des diplomates de l'Onu, l'Arabie saoudite a menacé de couper des financements à l'UNRWA, office qui aide les réfugiés palestiniens et connaît de graves difficultés financières. Riyad a aussi mobilisé en sa faveur l'Organisation de la coopération islamique (OCI) et la Ligue arabe.

    D'après Ban Ki-moon, il a dû tenir compte de "la perspective très réelle de voir des millions d'autres enfants souffrir gravement si, comme cela m'a été suggéré, certains pays supprimaient des financements à plusieurs programmes de l'Onu".

    L'ambassadeur saoudien Abdallah Al-Mouallimi nie de son côté que son pays ait "exercé des pressions injustifiées".

    "Nous n'avons pas utilisé la menace ou l'intimidation ni parlé de financement", a-t-il affirmé. "Ce n'est pas dans notre style ou notre culture d'utiliser menaces et intimidation".

    Lire aussi:

    9/11: l'implication de Riyad devra être prouvée devant le tribunal
    L'histoire inédite de la dette de Washington envers Riyad remonte à la surface
    Un nouvel incident avec un pétrolier dans le Golfe? Téhéran livre sa version
    Mediapart affirme que de Rugy a démissionné afin d'éviter de nouvelles révélations sur ses frais de député
    Tags:
    enfants, frappe aérienne, coalition, ONU, Ban Ki-moon, Yémen, Riyad, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik