International
URL courte
11134
S'abonner

Les défenseurs des animaux sonnent l'alarme: la Cour suprême canadienne a légalisé la bestialité sous certaines conditions…

La Cour suprême canadienne a statué sur la définition du crime de bestialité. Selon les juges, la pénétration est nécessaire pour qu'un crime de bestialité soit commis.

Cette décision juridique fait suite au procès d'un homme reconnu coupable d'agressions sexuelles sur ses belles-filles pendant plusieurs années, et condamné à 16 ans de prison. Un des chefs d'accusation à son encontre était d'avoir forcé une de ses belles-filles à commettre des actes de bestialité.

Mais comme l'accusé a plaidé que la définition traditionnelle de la bestialité, qui trouve ses racines dans la Common Law, nécessitait un élément de pénétration, il a été acquitté de ce chef d'inculpation.

Les associations des droits des animaux ont vivement critiqué ce jugement. Selon une porte-parole du groupe Animal Justice, citée par Lapresse.ca, "C'est un signal d'alarme quant au fait que les lois sur la protection des animaux sont totalement archaïques au Canada".

Mais ce n'est pas à la Cour de statuer sur la définition, mais au Parlement. Seulement, comme la Cour suprême a voté à six contre un la définition actuellement en vigueur, difficile de croire en une révolution, ce qui ne manque pas d'inquiéter les défenseurs des animaux.

Lire aussi:

Fin du porno en Russie, exposition pédophile à Marseille ?
Un golden retriever joue avec des poussins qui le prennent pour leur mère – vidéo
Un concert regroupant des milliers de personnes à Nice suscite la crainte d’une deuxième vague – vidéo
Un médecin informe sur l’état de santé des volontaires vaccinés contre le Covid-19 en Russie
Tags:
bestialité, légalisation, loi, animaux, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook