Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Erdogan se dit déçu de ses relations avec Poutine et Obama

    © AP Photo / Francois Mori
    International
    URL courte
    511034

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan n'est guère satisfait de ses relations avec les présidents russe et américain. Et il dit pourquoi.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a expliqué aux journalistes pourquoi il était déçu par ses tentatives infructueuses d'établir des "relations exemplaires" avec le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Barack Obama.

    M.Erdogan fondait de grands espoirs sur Barack Obama, mais ils ont tous été démentis, rapporte le journal turc Hurriyet Daily News

    "Par exemple, nos relations dans le domaine économique se sont détériorées au lieu de s'améliorer. Nos attentes concernant la politique internationale n'ont pas été satisfaites", a-t-il souligné.

    Les Etats-Unis et la Turquie ne sont pas parvenus à agir conjointement et efficacement en Syrie et en Irak.

    Le plus grave problème dans les rapports entre les deux pays est le soutien que les Etats-Unis accordent aux Unités de protection du peuple (YPG), des groupes militarisés des Kurdes syriens, considérés par Ankara comme terroristes.

    Selon M.Erdogan, les Turcs ont été déçus par les photos sur lesquelles les soldats américains posaient avec les combattants de l'YPG.

    Le président turc affirme également avoir été déçu par la position russe à l'égard du conflit syrien.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan
    © AFP 2018 Yasin Bulbul/Presidential Press Service

    "Notre amitié avec M.Poutine a porté nos intérêts mutuels à un très haut niveau", a-t-il déclaré, tout en soulignant que la situation a mal tourné après que la Turquie a abattu un bombardier russe Su-24 en novembre 2015.

    Selon M.Erdogan, le volume des échanges entre les deux pays était beaucoup plus important que celui avec les Etats-Unis. Les autorités turques envisageaient même d'atteindre un niveau de 100 milliards de dollars par an.

    "J'espère que nous rétablirons nos relations et reviendrons à ce bon vieux temps encore plus fortement", a ajouté M.Erdogan.

    Lire aussi:

    Vexé par l'accueil, Erdogan quitte les obsèques de Mohamed Ali
    Des internautes turcs lancent la quête du diplôme d'Erdogan
    Pour Erdogan, les femmes sans enfant ont un problème
    Tags:
    déception, triste, politique internationale, relations, Unités de protection populaire kurdes (YPG), Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Barack Obama, Turquie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik