International
URL courte
353
S'abonner

Afin d'améliorer le travail de la police afghane, le ministère de l’Intérieur du pays a décidé d'embaucher plus de femmes.

Afin d'améliorer le travail de la police afghane, le ministère de l’Intérieur du pays a décidé d'embaucher plus de femmes.

Cette idée ne date pas d'hier. Il y a huit ans, le ministère de l’Intérieur a créé un organisme spécial "Jandar" (ce qui signifie "gardien") chargé de recruter des femmes dans les rangs des forces de l'ordre du pays.

Pour le moment, 2.875 policières afghanes veillent à la sécurité des leurs concitoyens. Elles effectuent également les tâches les plus difficiles, dont la lutte antiterroriste et le trafic des stupéfiants. 

Le ministère afghan de l’Intérieur doit recruter 10.000 policières  d'ici le 21 mars 2017.

Femmes afghanes
© Sputnik . Kasra Rouyee, Sputnik
Femmes afghanes

Pourtant, le pays musulman a introduit les mêmes règles pour les hommes que pour les femmes qui travaillent dans la police.

"Nous ne ménageons pas les femmes. Elles ont des horaires de travail classiques, souvent la nuit", a commenté dans une interview accordée à Sputnik la vice-porte-parole du ministère afghan de l’Intérieur, Najib Danesh.

Des policières afghanes travaillent conjointement avec des hommes. Elles mènent principalement des enquêtes liées aux crimes commis par des femmes. 

L'intégration des  femmes dans les rangs de la police rencontre tout de même certains obstacles. Les parents et proches des nouvelles policières désapprouvent souvent le choix de leur métier. Le ministère afghan des de l’Intérieur  a introduit un système de récompenses matérielles pour les femmes aspirant à protéger leur peuple. 

Ainsi, au début de leur carrière, les femmes sont déployées uniquement dans les provinces où elles vivent, car il est important de ne pas les éloigner de leurs familles.

Toute Afghane désireuse de rejoindre les rangs de la police doit être majeure (âgée de plus de 18 ans), avoir le certificat d'études secondaires (12 ans d'études à l'école) et avoir également les aptitudes physiques et morales nécessaires.


Lire aussi:

La logique changeante de Washington en Afghanistan
"Je veux qu'on traite les femmes afghanes comme des êtres humains"
Un député afghan menace une journaliste de lui couper le nez
Les quatre maladies qui risquent de provoquer une forme grave du Covid-19 citées par la science
Tags:
femmes, police, Afghanistan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook