International
URL courte
Attentats à Paris (novembre 2015) (228)
5132
S'abonner

Le père d'une victime des attentats de Paris a entamé des poursuites contre Twitter, Google et Facebook, les accusant d'aider Daech à promouvoir l'extrémisme et à recruter de nouveaux combattants sur la Toile.

Suite au décès de sa fille Nohemi, tuée par les terroristes lors de sa visite à Paris en novembre, l'Américain Reynaldo Gonzalez accuse les géants des réseaux sociaux d'avoir permis à Daech de devenir le groupe terroriste le plus dangereux du monde, rapporte le portail TMZ.

La famille affirme que les réseaux sociaux ont été négligents en permettant à Daech de créer des comptes pour promouvoir l'extrémisme en ligne et recruter de nouveaux combattants dans ses rangs.

En outre, M.Gonzalez a déclaré que les géants des réseaux sociaux ont échoué à prendre des mesures en dépit du tollé du gouvernement américain. De plus, YouTube, qui appartient à Google Inc., a tiré profit de placements publicitaires dans les vidéos publiées par Daech, explique le père.

Le 13 novembre 2015, la France a été secouée par une série d'attaques d'une ampleur sans précédent. Des assaillants ont tué 130 personnes et en ont blessé 352 autres à six endroits distincts, notamment au Bataclan, une salle de spectacles de la capitale. Revendiqués par le groupe terroriste Daech, les attentats ont indigné la communauté internationale et ont incité plusieurs pays à renforcer considérablement leur sécurité.

Dossier:
Attentats à Paris (novembre 2015) (228)

Lire aussi:

Attentats de Paris: la police belge aurait pu arrêter les frères Abdeslam
Attentats de Paris: les ayant droit exonérés des impôts des victimes
Avant les attentats de Paris, Abdeslam posait sur Facebook devant un drapeau de l'EI
Tags:
Internet, réseaux sociaux, poursuites, attentats du 13 novembre à Paris, YouTube, Facebook, Inc, Google, Paris, France, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook