Ecoutez Radio Sputnik
    Les sportives canadiennes

    Le Canada devrait changer les paroles de son hymne, jugé trop sexiste

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    International
    URL courte
    327
    S'abonner

    Les députés canadiens ont adopté mercredi une proposition de loi qui modifie les paroles de l'hymne national pour en éliminer toute distinction de genre.

    Il s'agit notamment de la deuxième ligne du texte de l'hymne canadien en anglais: "O Canada! Our home and native land! True patriot love in all thy sons command", ce qui donne en français "Ô Canada! Notre patrie et terre natale! Commande chez tous tes fils un fidèle amour patriotique".

    Certaines femmes ont donc qualifié de discrimination les paroles "chez tous tes fils" qui, d'après elles, privent injustement "les filles" d'amour patriotique.

    Ainsi, le vers "True patriot love in all thy sons command" serait remplacé par "True patriot love in all of us command" ("Commande chez nous tous").

    Le projet de loi sur la modification de l'hymne canadien a été déposé le 27 janvier par le député libéral Mauril Bélanger.

    Néanmoins, la procédure n'est pas encore terminée: la proposition de loi doit maintenant être examinée au Sénat, qui approuve généralement les textes votés par la Chambre des communes.

    Pourtant, de nombreux parlementaires ne comprennent pas la nécessité de changer les paroles de l'hymne qui, bien qu'étant une "partie de l'histoire", est en train de devenir une question d'"éthique politique moderne".

    Les résultats d'un sondage organisé en mai démontrent que la majorité des Canadiens sont favorables à la modification de l'hymne afin de le rendre plus neutre en matière d'égalité des sexes.

    Lire aussi:

    L'hymne canadien bientôt purgé de ses connotations sexistes?
    Les messages aux extraterrestres qualifiés de "sexistes" et "racistes"
    Le résultat de la lutte féministe ? Des dictionnaires tourmentés et un sexisme qui perdure
    Tags:
    loi, sexisme, hymne, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik