International
URL courte
2151
S'abonner

Le centre américain de recherche Pew Research Center a noté une baisse considérable des revenus des journaux et des chaînes de télévision, et parallèlement, la popularité croissante des réseaux sociaux.

Selon les auteurs, il s’agit, en fait, d'une "réorganisation complète de l'industrie, affectant même les consommateurs de nouvelles qui ne sont pas au courant des changements tectoniques qui font trembler l’industrie médiatique des USA".

D’après la recherche, pour le secteur américain de la presse, l’année fiscale 2015 a été probablement la pire depuis la récession de 2008-2009. En moyenne, le tirage des journaux quotidiens a baissé de 7%, tandis que les recettes publicitaires ont diminué de 8%, des pertes étant également constatées pour les versions électroniques des journaux.

Selon des rapports récents, les éditions de journaux américains emploient environ 33.000 personnes, soit 20.000 moins qu’il y a deux décennies.

Les chercheurs ont également noté que pour la majorité des personnes de moins de 30 ans, les réseaux sociaux ont remplacé la télévision et la presse en tant que source principale de nouvelles.

En ce qui concerne des médias en ligne, les experts ont souligné que "depuis plusieurs années, il est clair que les réalités financières du Web sont défavorables aux agences de presse traditionnelles et à celles qui n’existent que sur la Toile". 

Selon eux, ces médias sont peut-être capables de faire de l’argent sur la Web, "mais pas sur les nouvelles".

"Le coût total de la publicité numérique a augmenté de 20% en 2015, à environ 60 milliards de dollars… Néanmoins, les journalistes ne sont pas les principaux bénéficiaires. La plus grosse part du gâteau des recettes publicitaires, 65%, revient à une poignée d’entreprises informatiques tels que Facebook, Google, Yahoo et Twitter", explique la recherche.


Lire aussi:

Russophobie: les médias occidentaux s'essoufflent
Quand les grands médias parlent des événements en Syrie… qui n’ont jamais eu lieu
Turquie: licenciements massifs dans les médias d'opposition
Les médias occidentaux se mettraient-ils à aimer Poutine?
Tags:
journal, journalisme, Internet, médias, Facebook, Inc, Yahoo, Google, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook