International
URL courte
24629
S'abonner

Selon le ministre turc de l'Economie Nihat Zeybekçi, Ankara n'éprouve pas de regrets pour la destruction du chasseur russe mais est "attristé" par l'incident.

"Nous n'éprouvons pas de regrets, mais nous sommes attristés, et ils (la partie russe, ndlr) doivent eux aussi être attristés. Nous supposons également qu'ils sont attristés par la violation délibérée de l'espace aérien turc", a déclaré le ministre cité par le Hürriyet Daily News.

D'après M.Zeybekçi, l'avion russe est resté dans l'espace aérien turc "entre 13 et 14 minutes" en dépit "d'innombrables mises en gardes" adressées à son pilote.

Il a toutefois estimé nécessaire de normaliser "le plus vite possible" les relations turco-russes afin de surmonter les conséquences de l'incident impliquant le Su-24 qui sont selon lui "négatives pour les deux parties".

Le 24 novembre dernier, les forces aériennes turques ont abattu un bombardier russe Su-24 engagé dans l'opération antiterroriste en Syrie sous prétexte de violation de sa frontière nationale. Le pilote du Su-24 Oleg Pechkov a été tué par des combattants armés opérant dans la région après s'être éjecté en parachute.

L'incident a provoqué une brusque dégradation des relations entre la Turquie et la Russie, qui a notamment suspendu le régime sans visas entre les deux pays. Comme préalable à la normalisation des rapports avec Ankara, Moscou exige des excuses officielles pour la mort de son pilote et une compensation pour l'avion abattu.

Lire aussi:

Disculpation du meurtrier présumé du pilote du Su-24 russe abattu en Turquie
Pour un officier turc, le meurtre du pilote du Su-24 russe est un crime de guerre
Un chasseur russe abattu = un secteur touristique turc moribond
«L'Europe est devenue la chambre à gaz de George Soros», affirme un responsable hongrois
Tags:
relations, excuses, regrets, tensions, aviation, destruction, chasseur, Su-24, Oleg Pechkov, Nihat Zeybekçi, Russie, Syrie, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook