International
URL courte
Le Royaume-Uni en attente du référendum sur le Brexit (2015) (77)
57341
S'abonner

En cas de sortie de l'UE, le Royaume-Uni risque de perdre beaucoup, selon un ministre français.

Le ministre français de l'Economie Emmanuel Macron estime que si le Royaume-Uni sortait de l'UE (Brexit), ce pays deviendrait comparable à l'île de Guernesey (dépendance de la couronne britannique mais ne faisant pas partie du Royaume-Uni).

"Si j'étais un Anglais, je voterais pour rester au sein de l'UE, car c'est dans les intérêts du Royaume-Uni. Le Brexit signifiera la guerneseyisation" de la Grande-Bretagne qui deviendra un petit pays isolé du monde se trouvant près de la frontière de l'Europe", a déclaré le ministre.

Selon lui, l'UE devrait adresser le 28 juin un message collectif à la Grande-Bretagne afin qu'elle mesure bien les conséquences d'une sortie.

Le ministre estime également que les Britanniques, s’ils souhaitent conserver un accès au marché européen, devront contribuer au budget de l’UE, comme le font la Norvège et la Suisse. En cas de refus, "ce doit être une sortie totale", insiste le ministre. Et, même si le scrutin devait aboutir à un maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne, il souligne que le statut particulier négocié en début d’année par Londres ne devait pas être ensuite réclamé par d’autres Etats et rester exceptionnel, pour "éviter la contamination".

Les Britanniques décideront le 23 juin s’ils quittent ou non l’UE alors que la campagne pour le référendum restera suspendue samedi, deux jours après le meurtre de la députée pro-UE Jo Cox, et que les sondages donnent le oui et le non au coude à coude.

Dossier:
Le Royaume-Uni en attente du référendum sur le Brexit (2015) (77)

Lire aussi:

Après le Brexit Londres normalisera ses relations avec la Russie
Brexit: pour Julian Assange, l'Europe se portera mieux sans les Britanniques
Ce propriétaire d’hôtel avait loué une chambre à Xavier Dupont de Ligonnès la première nuit de sa cavale
La première adjointe à la mairie de Marseille dément avoir participé à des dîners clandestins
Tags:
Union européenne (UE), Emmanuel Macron, Royaume-Uni, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook