International
URL courte
6272
S'abonner

La Chine vient de damer le pion aux Etats-Unis dans le domaine des superordinateurs: le surpuissant Sunway TaihuLight est composé de 41.000 puces fabriquées localement, chacune disposant de 260 cœurs de processeur.

Aucun système américain n'est capable concurrencer le Sunway TaihuLight, le nouveau système chinois. Selon la liste Top500 qui recense les superordinateurs les plus rapides du monde, les 10,65 millions de cœurs de ce monstre permettent d'atteindre la puissance de calcul phénoménale de 124,5 pétaflops (unité de mesure de la vitesse d'un système informatique), ce qui est cinq fois plus rapide que le plus rapide des bolides US.

Ces machines peuvent servir dans des domaines tels que la science, l'ingénierie, les prévisions météorologiques et d'autres phénomènes géologiques.

Les Etats-Unis étaient au courant des tentatives chinoises de développer des processeurs autochtones. En 2010, Steven Koonin, sous-secrétaire pour la science au département américain de l'Energie (DOE), a prédit que la Chine "utiliserait des composants entièrement locaux dans les 12 à 18 prochains mois".

"Pour des raisons historiques, la Chine n'a pas pu pendant des décennies acheter la classe la plus puissante des superordinateurs de l'Ouest, et ils étaient dans un état de dépendance, et probablement, ils veulent échapper à cette dépendance," a-t-il déclaré.

Selon la liste Top500, sur les dix superordinateurs les plus puissants, deux sont chinois et quatre se trouvent aux Etats-Unis. Les autres sont installés au Japon, en Allemagne, en Suisse et en Arabie saoudite.

Le TaihuLight est installé au National Supercomputing Center à Wuxi (est de la Chine), et utilise des ordinateurs Shenwei qui fonctionnent grâce à un système appelé Sunway Raise.

Lire aussi:

Le mystère de l’"ordinateur de l’Antiquité" enfin dévoilé
Un mini-ordinateur dans l'œil améliorera la vision et dotera de super pouvoirs
Un ordinateur était à deux doigts de gagner un prix littéraire
La Pologne enverra des drones turcs protéger les frontières est de l’Otan
Tags:
technologies, informatique, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook