International
URL courte
17453
S'abonner

La guerre froide peut offrir des histoires surprenantes. Croyez-le ou non, mais quand les écoliers soviétiques avaient présenté en 1946 une armoirie en bois à l’ambassadeur américain à Moscou, ce n’était pas un simple cadeau…

Les écoliers soviétiques, intégrés dans l'organisation des pionniers, avaient offert une armoirie officielle des Etats-Unis à l'ambassadeur américain à Moscou Averell Harriman. Un cadeau ordinaire? Pas vraiment: un appareil spécial chargé d'effectuer des écoutes avait été placé à l'intérieur de l'objet destiné à être placé dans le bureau de l'ambassadeur américain à Spaso House, raconte Atlas Obscura.

Il est aujourd'hui facilement compréhensible qu'en pleine guerre froide ce genre de cadeau était un élément de compétition en matière d'écoute entre les deux superpuissances mondiales. Mais à l'époque, les Américains n'ont pas pu identifier la présence de cet appareil pendant des années!

L'appareil n'a été retrouvé qu'en 1952. George Kennan, ambassadeur américain en URSS, se souvenait qu'effectivement, avec ce dispositif, le service de renseignement soviétique avait réussi à élever l'art de l'écoute à un niveau tout à fait nouveau.

Il est d'autant plus surprenant qu'avant l'arrivée de M.Kennan à Spaso House, cette dernière avait été soigneusement inspectée pour rechercher de possibles dispositifs de la sorte. Les Américains n'ont rien découvert! Ils ont même pensé que le renseignement soviétique avait adopté une nouvelle stratégie excluant les systèmes d'écoutes.

Quelques temps après, ils ont procédé à une fouille minutieuse qui leur a finalement permis de comprendre que l'appareil avait été caché dans le cadeau des écoliers. Lors de son fonctionnement, l'appareil a été le témoin de nombreuses conversations importantes, en particulier, avec la participation du futur président américain Dwight Eisenhower.

Lire aussi:

Retour à la guerre froide: les USA veulent espionner les espions russes
John Kerry, témoin privilégié de la guerre froide
Le 5 mars 1946, début de la guerre froide
Le Pentagone dément vouloir rejouer la guerre froide en Europe
Tags:
renseignement, Dwight Eisenhower, URSS, Moscou, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook