Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau de la communauté LGBT

    Le troisième sexe reconnu officiellement aux USA

    © REUTERS / Daniel Becerril
    International
    URL courte
    25322
    S'abonner

    Un tribunal de l’Oregon a reconnu l’ex-militaire Jamie Shupe, 52 ans, comme n’étant "ni homme ni femme". Shupe est devenu le premier citoyen des États-Unis qui est légalement une personne "neutre".

    Selon la décision judiciaire, Shupe a reçu un passeport, où il est qualifié comme "ils" ("they"), ce qui est considéré plus politiquement correct que "ça"("it").

    Ce précédent fait des Etats-Unis le huitième pays au monde où le catalogue des sexes disponibles contient un troisième sexe. Ce dernier existe déjà en Inde, en Allemagne, en Nouvelle-Zélande, au Pakistan, au Bangladesh, au Népal et en Australie.

    Selon les médias américains, psychologiquement Shupe est un homme qui a le corps inhérent au sexe masculin. Mais mentalement, il se sent comme une femme depuis son enfance.

    Shupe a fait face à une pression psychologique pendant toute sa vie, à partir de l'école primaire. En outre, cela ne l’a pas empêché de rejoindre les rangs des forces armées des États-Unis, où il a servi pendant presque deux décennies. À 49 ans, après avoir pris sa retraite de l'armée, l’ex-militaire s’est marié avec une femme et a commencé à élever une fille.

    Après sa retraite de l'armée, le transgenre a finalement cessé de se sentir comme un homme, il a commencé à se transformer en une femme à l'aide d'un traitement hormonal. Cependant, Jamie Shupe n’a pas été satisfait du sexe féminin, il a donc choisi de devenir une personne neutre.


    Lire aussi:

    L’armée américaine bientôt ouverte aux transgenres?
    Au Danemark, les transgenres ne sont plus des malades mentaux
    La Norvège propose le changement de sexe sans intervention chirurgicale
    Avec l’arrivée des transgenres, l’armée américaine se marginalise
    Tags:
    tribunal, transgenre, loi, homosexualité, Oregon, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik