International
URL courte
8116
S'abonner

Contrairement aux déclarations des autorités allemandes et françaises, le Royaume Uni n'est pas pressé d'abandonner l'UE tant que d'éventuels désaccords peuvent entraver ses relations avec l'Union.

Le Royaume-Uni ne devra commencer les procédures de sa sortie de l'Union européenne qu'après avoir déterminé la nature de ses relations ultérieures avec l'UE, a déclaré le ministre des Finances du Royaume-Uni George Osborne.

Il a également reconnu que la décision de la Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne (UE) serait sans doute synonyme d'un regain de volatilité sur les marchés financiers. Pourtant, selon lui, l'économie britannique est suffisamment solide pour affronter les défis qui se présentent, rapporte Reuters.

S'exprimant pour la première fois en public depuis que le Brexit a été consacré par le référendum de jeudi dernier, George Osborne a ajouté que le gouvernement avait mis en place des plans d'urgence solides pour s'adapter au résultat de ce scrutin.

"Notre économie est aussi solide qu'il se peut pour faire face aux défis auxquels notre pays est dorénavant exposé", a-t-il déclaré en conférence de presse.

George Osborne, l'un des plus fermes partisans du maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE, a également dit avoir été en contact régulier avec Mark Carney, le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), depuis l'annonce des résultats, vendredi.

Il a ajouté qu'il avait également été en contact avec ses homologues européens, avec les gouverneurs de banque centrale, avec la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde, avec le secrétaire au Trésor américain Jack Lew et avec les dirigeants des grands établissements financiers britanniques.

"Nous sommes préparés à l'imprévu et nous sommes armés quoi qu'il arrive", a-t-il encore dit. 

Par ailleurs, le ministre français des Finances Michel Sapin a déclaré plus tôt dans la journée que la France et l'Allemagne étaient d'accord pour aller vite dans la mise en oeuvre du Brexit, rapporte Reuters.


Lire aussi:

24.000 Nord-Coréens signent une pétition contre le Brexit
Le Brexit vu de la Chine: à quand les conséquences?
Brexit: l’Ecosse brandit la menace d’un véto
Un important incendie suivi de déflagrations dans le centre de Moscou - vidéos
Tags:
Union européenne (UE), George Osborne, Michel Sapin, Royaume-Uni, France, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook