Ecoutez Radio Sputnik
    La ville britannique de Manchester

    Le Brexit met en péril les sanctions de l'UE contre la Russie

    © Sputnik . Alexey Filippov
    International
    URL courte
    26633
    S'abonner

    La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne va probablement saper l'unité des pays européens à l'égard des sanctions imposées contre la Russie.

    Récemment, les pays-membres de l'UE ont convenu de prolonger de 6 mois les sanctions contre la Russie, mais certains pays, dont l'Italie, l'Allemagne et la Grèce, cherchent à les atténuer, rapporte le journal Wall Street Journal (WSJ). Le Royaume-Uni était le plus fidèle partisan de la chancelière allemande Angela Merkel sur la question des mesures restrictives contre la Russie, selon le journal, mais maintenant Mme Merkel a perdu cet allié.

    Selon le WSJ, si avant le Brexit on s'attendait à ce que le sommet prochain de l'UE démontre l'unité de l'Ouest dans les questions clés, maintenant la sortie britannique risque devenir le prétexte à une discussion sur la désintégration de l'Union.

    "Les sanctions contre la Russie ont subi le plus grand coup. La politique des sanctions sera affaiblie car la voix de la Grande-Bretagne ne sera pas aussi fort qu'on l'espérait", a déclaré un ancien fonctionnaire de l'Otan et chercheur de la société de conseil Rasmussen Global, cité par le WSJ.

    Les experts craignent que le Brexit puisse rendre plus vulnérable le Royaume-Uni et l'Union européenne face aux menaces extérieures, notamment face au terrorisme. L'absence du financement britannique dans le budget européen commun affaiblira sensiblement la défense de l'UE. Dans le même temps, certains fonctionnaires européens compte sur le fait que le Brexit puisse renforcer le rôle de l'Otan et augmenter les dépenses de défense provenant d'autres pays, par exemple de l'Allemagne.

    D'autre part, les autorités européennes pourront mener une politique de sécurité indépendante de l'Otan et créer une armée européenne, estime le journal.

    Les Britanniques ont choisi le 23 juin de quitter l'Union européenne, avec 51,9% des voix. Après les résultats du référendum, le premier ministre britannique David Cameron a déclaré que le choix du peuple serait respecté et a annoncé son intention de démissionner, mais il assurera la transition jusqu'en octobre.

    Lire aussi:

    Paris et Berlin s'entendent pour agir vite après le Brexit
    24.000 Nord-Coréens signent une pétition contre le Brexit
    Brexit. Qui pour emboîter le pas au Royaume-Uni?
    Abdelmadjid Tebboune élu Président de l’Algérie dès le premier tour
    Tags:
    sanctions, Brexit, Union européenne (UE), Angela Merkel, Russie, Europe, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik