International
URL courte
Crise migratoire (été 2016) (86)
7412
S'abonner

Avec des dizaines de millions de personnes déplacées à cause des conflits, la crise des migrants a pris une ampleur mondiale. Les enfants réfugiés constituent certainement le groupe le plus vulnérable. L’écrivaine allemande Kirsten Boie est parmi celles qui redonne espoir à ces enfants et qui expliquent leurs problèmes aux Allemands.

L'écrivaine allemande Kirsten Boie a décidé de parler aux écoliers allemands pour essayer de leur expliquer les malheurs des enfants réfugiés qui sont obligés de fuir les conflits, annonce Public Radio International.

Les adultes en Allemagne ont des attitudes très différentes à l'égard les réfugiés: certains les accueillent ou leur apportent un soutien, les autres se prononcent contre la politique des portes ouvertes de la chancelière fédérale allemande Angela Merkel. C'est pourquoi l'écrivaine essaye de faire passer un message aux enfants qui semblent être plus ouverts aux souffrances des réfugiés, surtout de leur âge.

Dans son livre intitulé "Tout ira bien", Mme Boie raconte l'histoire réelle d'une famille syrienne qui a fui la ville d'Homs pour se retrouver enfin en sécurité. Cette famille a traversé la Méditerranée à bord d'une petite embarcation pour s'installer finalement dans une ville près d'Hambourg, en Allemagne.

Le livre est publié en allemand et en arabe. Il est destiné à être lu dans les écoles pour les enfants allemands et leurs voisins réfugiés. L'écrivaine est persuadée que ce genre d'histoire basée sur les faits réels est susceptible d'inciter les enfants à faire preuve de compréhension et de générosité à l'égard des réfugiés.

Dossier:
Crise migratoire (été 2016) (86)

Lire aussi:

Un camp pour réfugiés sur le site Airbnb
Quand les réfugiés sont plus désirés que les touristes
Quand les célébrités mondiales soutiennent les réfugiés
Art pour la paix: elle cherche à redonner espoir aux enfants syriens
Tags:
crise migratoire, migrants, réfugiés, Angela Merkel, Homs, Hambourg, Syrie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook