Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux de la Russie et de l'UE

    Après le Brexit, quel avenir pour les sanctions antirusses?

    © Sputnik . Vladimir Sergeev
    International
    URL courte
    9812
    S'abonner

    La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne pourrait provoquer un changement d'état d'esprit au sein de l'Union, déjà divisée au sujet des sanctions antirusses.

    Tant que le Royaume-Uni demeure un membre de l'Union européenne, la  question des sanctions antirusses au sein de l'Union reste ouverte. 

    Pour l'instant, il est bien sûr prématuré de discuter d'un changement du régime de sanctions de Londres contre la Russie jusqu'à ce que toutes les procédures pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne ne soient finalisées.

    L'UE, par le biais de Paris et de Berlin, exprime son intention d'accélérer le divorce, à savoir les procédures de sortie du Royaume. Londres déclare vouloir  "clarifier ses rapports" avec les autres Etats-membres avant la séparation finale.

    Mais en ce qui concerne l'attitude de l'UE envers le problème des sanctions antirusses, la situation semble plutôt ambiguë.   

    Il est vrai que l'Europe reste divisée. Les parlementaires français préconisent la levée des sanctions antirusses, l'Assemblée nationale et le Sénat ayant adopté chacune une résolution à ce sujet. Les députés italiens ont, au contraire, rejeté lundi des projets de résolutions concernant ces sanctions mis à l'examen par les partis de l'opposition. Des débats acharnés à ce sujet déchirent bon nombre d'autres pays de l'UE.  

    Par ailleurs, le premier ministre britannique David Cameron avait déclaré auparavant que sans le Royaume-Uni, les sanctions antirusses auraient pu ne pas être adoptées. S'il en est ainsi, il serait tout à fait logique de supposer qu'après la finalisation du divorce, on pourrait s'attendre à un changement d'état d'esprit au sein de l'Union européenne au sujet des sanctions antirusses. 

    En tous cas, faute du principal agitateur, la rhétorique de l'Union a toutes les chances de se modifier. Bien sûr, il reste l'Allemagne et les Etats-Unis, les principaux "faucons" des sanctions, dont l'influence est indéniable. Mais plusieurs pays de l'Union ont à plusieurs reprises proclamé leur souhait de se libérer de la dépendance américaine, tandis que l'Allemagne, qu'on accuse de plus en plus souvent d'être à l'origine de la crise migratoire en Europe, continue de perdre  ses positions.

    Les semaines et les mois à venir montreront à quel point les Etats européens veulent restaurer son indépendance vis-à-vis de ses alliés belliqueux anglo-germano-saxons.  


    Lire aussi:

    Sanctions antirusses: la position de la France effraye Kiev
    L'Italie freine la prorogation des sanctions antirusses
    Sanctions antirusses prolongées: "Au mieux inutiles et au pire dommageables"
    Vienne prône une levée progressive des sanctions antirusses
    Sarkozy appelle à lever les sanctions antirusses
    Tags:
    sanctions antirusses, Union européenne (UE), David Cameron, Royaume-Uni, France, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik