Ecoutez Radio Sputnik
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan

    Erdogan s'excuse: un geste qui insuffle de l'espoir dans les relations avec la Russie

    © AFP 2019 Adem Altan
    International
    URL courte
    Avion turc abattu par la Syrie (2012) (36)
    44926

    Qu'est-ce qui a poussé le président turc Recep Tayyip Erdogan à présenter ses excuses à la Russie, faisant ainsi un pas vers la normalisation des relations bilatérales? Est-ce la conjoncture internationale ou bien la situation à l'intérieur du pays? Une analyste politique et ancienne députée turque présente la situation.

    Suite à la détérioration des relations avec la Russie, la Turquie essuyait des pertes considérables, souligne Oya Akgönenç Muğisuddin, docteur ès sciences politiques et conseillère du président du parti Saadet, qui se réjouit des dernières évolutions positives.

    "La Russie et la Turquie sont deux puissances et le caractère de leurs relations est déterminant pour la stabilité régionale. La détérioration de la situation dans la région se répercutait d'une manière ou d'une autre sur nos pays. Ceci préoccupait la Turquie. Pour cela Ankara était intéressé par le règlement de ces menaces potentielles", a-t-elle explicité dans entretien à Sputnik.

    "Les excuses et l'empressement d'entreprendre des démarches ultérieures sont devenus possibles grâce à des changements au sein du gouvernement turc. Il est évident qu'actuellement des principes un peu différents dominent la politique étrangère turque. Le premier ministre turc Binali Yıldırım a déclaré que désormais une politique orientée sur l'augmentation du nombre d'amis et sur la désescalade des tensions était prioritaire. Et, il me semble que le processus de normalisation des relations avec la Russie s'inscrit dans cette stratégie de politique étrangère", a-t-elle expliqué.

    Et d'ajouter qu'actuellement l'Europe traverse une situation assez difficile. La sortie du Royaume-Uni de l'UE constitue un point de départ pour la formation d'un nouvel équilibre des forces en Europe. "C'est dans les intérêts de la Russie et de la Turquie de s'adapter à ce nouveau processus et, en coopérant, en tirer profit au maximum", considère la femme politique.

    Dossier:
    Avion turc abattu par la Syrie (2012) (36)

    Lire aussi:

    La Turquie ne veut plus indemniser la Russie pour l'avion abattu
    L’Otan à la Turquie: ne comptez pas sur nous en cas de conflit avec la Russie
    La Russie n’oubliera pas la complicité de la Turquie avec les terroristes
    Tags:
    Binali Yildirim, analyse, relations, excuses, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik