Ecoutez Radio Sputnik
    Lech Walesa

    L'ex président polonais Walesa revient pour remettre la Pologne sur les rails

    © AFP 2019 Fabrice Coffrini
    International
    URL courte
    141812
    S'abonner

    Lech Walesa souhaite réunir les gens de même sensibilité et essayer d'élaborer un plan de "retour de la démocratie polonaise sur la bonne voie", parce qu'il croit que le pays a besoin d'être sauvé des autorités actuelles.

    Le lauréat du prix Nobel de la paix et ancien président polonais Lech Walesa a déclaré vouloir revenir activement dans la vie politique du pays lundi soir à Gdańsk lors d'une rencontre avec les dirigeants du Comité de défense de la démocratie (KOD).

    "J'ai 73 ans. Je pensais que je devais m'occuper d'autres questions et laisser la politique aux jeunes et à la nouvelle génération. J'ai déjà pris cette décision, mais quand je vois comment on gaspille nos réalisations et détruit la Pologne j'arrive à la conclusion que je dois renoncer à mes longues vacances", a indiqué M.Walesa cité par les médias polonais.

    Selon lui, aujourd'hui, la réussite de la population est remise en cause. Certaines nouvelles personnalités, qui écrivent une nouvelle histoire, tournent les succès en défaites. Cela ne peut pas être toléré, estime l'ancien président polonais.

    Il a affirmé qu'il ne s'inscrivait dans aucun mouvement en soulignant toutefois qu'il soutiendrait le KOD.

    Selon M.Walesa, la démocratie polonaise doit être remise sur la bonne voie.

    "Je suis responsable de ce que le peuple m'a donné. En regardant comment notre victoire est gaspillée, je dois m'engager, essayer de la sauver", a-t-il fait valoir.

    Lire aussi:

    Walesa: "J'ai commis une erreur" mais je n'ai pas collaboré avec les services secrets
    Lech Walesa: l'opération russe en Syrie contribuera à faire cesser la guerre
    Plus de 50.000 personnes participent à la manifestation pour la liberté à Varsovie
    Tags:
    démocratie, politique, Lech Walesa, Gdansk, Pologne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik