International
URL courte
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
19328
S'abonner

La Serbie devrait continuer sa politique de coopération avec tous les Etats et tous les peuples et dans le même temps, rester attachée aux principes de l’adhésion perspective à l’Union européenne, déclare le président serbe Tomislav Nikolic, dans un entretien accordé à Sputnik.

Après le Brexit plébiscité, les particularités de l'avenir politique européen sont vivement discutées. Pour le président serbe, la sortie de l'UE d'un grand nombre de pays ou même une dissolution du Royaume-Uni seraient sûrement les pires scénarios, mais son pays ne devrait pas renoncer à l'intégration européenne.

Par ailleurs, l'interlocuteur de Sputnik croit que les négociations entre la Serbie et l'UE ne l'empêchent pas de maintenir une politique d'amitié et de développer la coopération économique avec la Russie, la Chine, le Kazakhstan, l'Azerbaïdjan et d'autres pays.

Une réaction positive envers une crise potentielle de l'Union européenne ne pourrait être manifestée que par des personnes irresponsables, estime le président serbe. Il a souligné l'importance de tous les pas entrepris lors des 26 dernières années pour développer les liens entre la Serbie et l'Union européenne. Aujourd'hui, il ne faut pas se plonger dans des conflits au sujet de l'UE, indique M.Nikolic.

Le président serbe souligne que son pays devrait être attaché à l'adhésion à l'Union européenne. Il évoque les raisons économiques pour une telle position. L'Union européenne reste le but de la Serbie, conclut M.Nikolic.

Dossier:
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

Lire aussi:

Gibraltar et l'Ecosse opposés au Brexit comptent rester dans l'UE
Washington veut toujours conclure le TTIP d'ici fin 2016, malgré le Brexit
Le Brexit nuit à l'économie japonaise mais accroît l'intérêt pour l'or
Cette longue marche de la Serbie vers l’Union européenne
Tags:
référendum, Union européenne (UE), Tomislav Nikolic, Serbie, Royaume-Uni, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook