International
URL courte
9161
S'abonner

Michael Sandford, le jeune Britannique qui a essayé d'assassiner Donald Trump, souffre d'autisme, ce qui l'empêche de répondre aux accusations, selon son avocat.

Le Britannique, qui a essayé de saisir l'arme à feu d'un policier afin d'attaquer le probable candidat républicain à la présidentielle, le milliardaire Donald Trump, encourt une peine d'emprisonnement allant jusqu'à 30 ans, rapporte l'agence Associated Press, citant une source au tribunal. 

Il a été inculpé lundi, ont annoncé les autorités américaines.

Le 18 juin, le Britannique, âgé de 19 ans, a lancé une attaque contre Donald Trump lors d'un de ses rassemblements à Las Vegas. Avant d'essayer de tirer un pistolet de l'étui du policier, il a déclaré à ce dernier qu'il voulait obtenir un autographe du milliardaire. 

Arrêté et interrogé par les policiers, Michael Sandford a reconnu qu'il avait planifié de venir à Las Vegas afin de tuer Trump. A cette fin, quelques jours avant le meeting en question, il avait pris des leçons de tir.

Mercredi, il a été reconnu coupable de trois chefs d'accusation, notamment pour entrave à la justice et détention illégale d'armes à feu.

L'avocat du Britannique avait auparavant déclaré que ce dernier était atteint d'autisme et ne pouvait pas répondre aux accusations auxquelles il faisait face.  

Donald Trump est le favori de l'investiture républicaine à la présidentielle américaine. La procédure officielle de sa présentation en tant que candidat aura lieu lors d'une session du parti en juillet prochain. L'élection du nouveau président est prévue pour le 8 novembre prochain.  

 

Lire aussi:

Hollande considère Trump comme une menace politique
Erdogan s'en prend aux tours de Trump à Istanbul
Le Brexit peut augmenter les chances de Trump à la présidentielle
Trump lance un site sur les "dix tromperies légendaires de Clinton"
Trump est invité à prendre des leçons de judo avec Poutine
Tags:
policier, assaillants, attentat, Présidentielle américaine 2016, Donald Trump, Royaume-Uni, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook