Ecoutez Radio Sputnik
    Des maisons détruites par les frappes de la coalition dirigée par l'Arabie Saoudite

    Le Conseil des droits de l'homme appelé à suspendre l'Arabie saoudite

    © Sputnik. Stringuer
    International
    URL courte
    203040581

    Exécutions régulières, massacres de rebelles houthistes, bombardements de civils, dont des enfants, au Yémen... Telles sont les activités de l'Arabie saoudite en tant que membre du Conseil des droits de l'homme. Les organisations des droits humains montent enfin au créneau pour condamner les violations flagrantes commises par les Saoudiens.

    Les deux organisations de défense des droits de l'homme Human Rights Watch et Amnesty International appellent l'Assemblée générale des Nations unies à suspendre l'Arabie saoudite de la plus haute instance mondiale de défense des droits humains à cause de ses "violations flagrantes et systématiques des droits humains" à l'étranger et sur son territoire.

    "La crédibilité du Conseil des droits de l'homme est en jeu. Depuis que l'Arabie saoudite en fait partie, son bilan désastreux en matière de droits humains sur son territoire n'a cessé de se dégrader et la coalition qu'elle dirige a tué et blessé en toute illégalité des milliers de civils dans le cadre du conflit au Yémen", a déclaré Richard Bennett, responsable du bureau d'Amnesty International auprès de l'Onu.

    "L'Arabie saoudite a accumulé un palmarès épouvantable de violations au Yémen alors qu'elle était membre du Conseil des droits de l'homme, et a ainsi nui à la crédibilité de cet organe en faisant usage de harcèlement pour éviter de devoir rendre des comptes", a déclaré Philippe Bolopion, directeur adjoint du plaidoyer au niveau mondial à Human Rights Watch. "Les pays membres des Nations unies devraient soutenir les civils yéménites et suspendre immédiatement l'Arabie saoudite".

    Alors que le monde entier condamne les actions meurtrières et que l'Onu hausse le ton vis-à-vis de l'Arabie saoudite, la France la considère toujours comme son alliée dans la lutte antiterroriste et négocie avec elle sur le renforcement des relations bilatérales dans le domaine de la défense.

    Cependant, alors même que Paris et Riyad négocient, l'Arabie saoudite combat au Yémen depuis plus d'un an les rebelles houthistes pour stopper leur avancée dans le sud du pays. Les civils sont les premières victimes de cet affrontement. Selon le rapport du Haut-commissariat aux droits de l'homme des Nations unies, le conflit au Yémen a fait près de 6.300 morts. Près de la moitié sont des civils (3.218).

    60% des 785 enfants tués et des 1.168 mineurs blessés en 2015 au Yémen ont été victimes des actions de la coalition menée par l'Arabie saoudite afin de lutter contre les rebelles houthis, selon le rapport de l'Onu.

    Lire aussi:

    On vous raconte comment la France et l'Arabie saoudite ont lutté contre le terrorisme
    Quand la France décore le prince saoudien... pour sa lutte contre l’extrémisme!
    Amnesty International appelle l'Arabie saoudite à arrêter les exécutions
    Au Yémen, la situation humanitaire effraye
    Tags:
    violations, droits de l’homme, Conseil des droits de l'homme de l’ONU, François Hollande, Yémen, France, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik