International
URL courte
Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)
8240
S'abonner

Près de deux tiers des Allemands ne jugent pas nécessaire l'envoi de militaires de la République fédérale dans les pays baltes.

64% des Allemands partagent la position du ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier qui juge que le renforcement du flanc oriental de l'Otan n'est qu'un "cliquetis des armes", écrit le Frankfurter Allgemeine Zeitung, se référant aux résultats d'une enquête de YouGov.

Selon la même étude menée auprès de 2.000 citoyens allemands, uniquement 9% des personnes interrogées jugent nécessaire le déploiement du contingent de l'Otan dans les pays baltes.

Le chef du Pentagone Ashton Carter a fait savoir début mai que l'Otan envisageait de déployer quatre nouveaux bataillons de l'Alliance dans les trois pays baltes et en Pologne. La majeure partie du contingent sera composée de soldats allemands, britanniques et américains. La décision de renforcer les contingents pourrait être prise lors du sommet de l'Otan en juillet prochain à Varsovie.

Rappelons que les relations entre la Russie et l'Alliance se sont détériorées en mars 2014 suite au rattachement de la Crimée à la Russie. En même temps, le travail du Conseil Russie-Otan, fondé en 2002, a été suspendu. Les autorités russes soulignent que Moscou n'est pas intéressé par la confrontation, mais précisent être prêtes à donner une réponse adéquate aux actions de l'Occident.

Dossier:
Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)

Lire aussi:

L'Otan prête à déployer des troupes en Europe de l'Est et dans les pays baltes
Les "jeux de guerre dangereux" de l'Otan dans les pays baltes
Pays baltes: les exercices de l'Otan créent une "situation explosive"
Estonie: le président Ilves appelle l'Otan à accroître sa présence dans le pays
Tags:
sondage, contingent militaire, Conseil Russie-Otan, Pentagone, OTAN, Frank-Walter Steinmeier, Ashton Carter, Allemagne, Europe, Russie, Pologne, pays baltes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook