International
URL courte
Attentats à Paris (novembre 2015) (228)
23326
S'abonner

Judicial Watch, une organisation dédiée à la surveillance des activités du gouvernement américain, a déclaré que l'une des armes utilisées dans les attentats de Paris avait été achetée à Phoenix (Arizona), dans le cadre d'une opération menée par l'Agence fédérale sur l'alcool, le tabac et les armes (ATF). Cette opération a ensuite échoué.

L'opération intitulée Fast and Furious a permis à un grand nombre de personnes ayant un passé criminel d'acheter des armes sans vérification des antécédents. L'opération a échoué et la piste de millions d'armes à feu a été perdue.

Un rapport d'enquête déposé par un agent de l'ATF a permis de trouver une piste entre l'arme utilisée dans les attentats de Paris et son propriétaire basé à Phoenix qui l'avait vendu illégalement, rapporte Judicial Watch, citant ses sources à la police.

Le propriétaire des armes de Phoenix a violé au moins deux lois fédérales sur les armes à feu: la vente d'une arme illégale et la possession d'une arme automatique non-enregistrée. Cependant, aucune poursuite n'a été engagée contre cet individu. Bien au contraire, les dirigeants de l'ATF ont fait tout leur possible pour garder l'information sous le radar et ont veillé à ce que l'identité du propriétaire de l'arme soit tenue secrète.

Selon Judicial Watch, on ne sait pas si l'agence, qui est responsable de la lutte contre l'utilisation et le trafic illégal d'armes à feu, l'a fait parce que le propriétaire de Phoenix avait été impliqué dans l'opération Fast and Furious.

L'opération Fast and Furious de l'ATF a effectivement permis aux criminels travaillant pour des cartels de drogue mexicains d'acheter des armes à des concessionnaires d'armes à feu qui opéraient sous licence fédérale à Phoenix. Le gouvernement a perdu la trace de la plupart des armes et beaucoup d'entre elles ont été utilisées pour tuer des centaines de personnes innocentes.

Judicial Watch affirme avoir minutieusement étudié l'opération Fast and Furious et a porté plainte contre l'administration Obama à ce propos.

Dossier:
Attentats à Paris (novembre 2015) (228)

Lire aussi:

Attentats de Paris: la famille d'une victime blâme Twitter, Facebook et Google
Avant les attentats de Paris, Abdeslam posait sur Facebook devant un drapeau de l'EI
Attentats de Paris: les ayant droit exonérés des impôts des victimes
Attentats de Paris: la police belge aurait pu arrêter les frères Abdeslam
Les complices des auteurs des attentats de Paris arrêtés en Autriche
Attentats de Paris: comment la France et la Belgique collaborent?
Tags:
armements, armes à feu, Bureau de l'alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs (ATF) américain, Paris, France, Arizona, Phoenix, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook