International
URL courte
13412
S'abonner

Mieux vaut tard que jamais! Si auparavant la destitution du président syrien Bachar el-Assad restait le principal objectif des Etats-Unis en Syrie, ces derniers jours, Washington était à un pas d'y renoncer afin d'empêcher les extrémistes islamistes de parvenir au pouvoir.

Le président syrien Bachar el-Assad doit garder son poste pour contrer l'extrémisme, a déclaré à Sputnik l'ancien ambassadeur américain en Ukraine John Herbst.

"Je crois que la Russie a raison dans le fait que, maintenant, les extrémistes islamistes représentent l'unique alternative à Assad. Je traite Assad de tyran, il est cruel, mais il n'égale pas les extrémistes", a rapporté John Herbst.

Selon l'ex-diplomate, Washington regardait Assad d'une manière "peu réaliste". Il est nécessaire de changer d'avis sur le maintien de son régime.

"Ce serait une bêtise de se débarrasser de lui, car la seule chose à laquelle nous parviendrons dans ce cas, c'est de permettre à des extrémistes islamistes d'arriver au pouvoir", estime l'ancien diplomate.

Les Etats-Unis et plusieurs pays occidentaux, ainsi que certains représentants de l'opposition syrienne, voyaient l'issue du conflit syrien dans le départ du président Assad du pouvoir, et insistaient sur le fait qu'il n'y avait pas de place pour le dirigeant syrien dans l'avenir du pays.

De son côté, Moscou a affirmé à plusieurs reprises que l'avenir de Bachar el-Assad et du gouvernement syrien se trouvait dans les mains du peuple syrien.

Lire aussi:

Assad dévoile des négociations secrètes entre lui et les Occidentaux
"Bombardons Assad!": la curieuse lettre des employés du département d’Etat US
Des diplomates US veulent des frappes contre le "régime syrien"
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Tags:
extrémisme, John Herbst, Bachar el-Assad, Washington, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook