International
URL courte
7112
S'abonner

Levant un coin du voile sur ses frappes "antiterroristes", l'administration du président Barack Obama a dévoilé les pertes civiles causées par les frappes de drones. Malgré que le chiffre affiche une centaine de morts à mettre au compte des "dommages collatéraux", il y a tout lieu de croire que Washington sous-estime le nombre réel de victimes…

Pour la première fois, la direction du renseignement américain (DNI) a publié un bilan chiffré, bien que très succinct, des bombardements réalisés par les Etats-Unis hors zone de guerre, depuis l'entrée en fonction du président Obama en 2009.

Ces bombardements contre les extrémistes islamistes, réalisés principalement par des drones de la CIA ou du Pentagone, ont tué jusqu'à 2.581 combattants dans des pays comme le Pakistan, le Yémen ou la Somalie. Mais ils ont aussi causé la mort de 64 à 116 civils, reconnaît la direction du renseignement américain.

Fait curieux, diverses organisations non-gouvernementales présentent des chiffres tout à fait différents, et relèvent des pertes civiles liées aux bombardements américains hors zone de guerre de 6 à 7 fois supérieures à ce que divulguent les chiffres du renseignement américain.

Ainsi, selon le "Bureau of Investigative Journalism ", le "Foundation for Defense of Democracies" et le centre d'analyse "New America Foundation", les frappes aériennes américaines réalisées hors zone de guerre auraient plutôt causé la mort d'environ 800 civils depuis l'année 2009.

En outre, cette disparité dans le nombre des victimes, annoncée par Washington, témoigne du fait que les autorités américaines ne savent pas exactement qui étaient les personnes tuées lors de ces attaques antiterroristes.

L'administration américaine "continue de cacher les identités des personnes qu'elle a tuées" et ne publie pas ses enquêtes sur les bavures possibles, a déploré Hina Shamsi, une responsable de l'Association américaine pour les libertés civiques (ACLU), citée par l'AFP.

Les frappes de drones américaines se sont considérablement développées depuis l'arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche.

Lire aussi:

Qui sont les 200 personnes tuées par les frappes américaines?
Ces bombes US qui soutiennent le terrorisme
Au Yémen, 95% de civils tués lors des frappes aériennes
Tags:
avions civils, morts, frappe aérienne, drone, Barack Obama, Washington, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook