International
URL courte
6263
S'abonner

Il y a un peu plus d'un mois, le 23 mai, le candidat à la présidence autrichienne Norbert Hofer était sur le point de fêter son élection. Pourtant, un vote par correspondance est intervenu et la victoire lui a été enlevée au tout dernier moment. La présidentielle étant invalidée par la Cour constitutionnelle, voilà qu'il reçoit une nouvelle chance.

Peu après que la Cour constitutionnelle a prononcé son verdict, M.Hofer a accordé une interview à Sputnik.

Selon la tradition, un président autrichien nouvellement élu fait son premier déplacement officiel en Suisse.

En ce qui concerne sa visite éventuelle en Russie en cas de son élection, M.Hofer a dit qu'il voudrait l'effectuer le plus tôt possible parce que pour avoir un avenir positif, l'Europe devait vivre en amitié avec la Russie.

Il s'est exprimé également sur les sanctions antirusses qui restent en vigueur. 

"Les sanctions, a-t-il déclaré, ne me réjouissent pas parce qu'elles nuisent à l'économie. Ces dernières semaines, j'ai parlé à une multitude d'agriculteurs qui souffrent très sérieusement à cause de ces sanctions. Je m'interroge alors: qui est-ce qui en a besoin?"

Norbert Hofer s'est dit convaincu qu'en cas de son élection les relations entre l'Autriche et la Russie seraient approfondies et intensifiées.

Cela parce que mon parti (le Parti de la liberté d'Autriche – ndlr) entretient traditionnellement de bons contacts avec la Russie. C'est une source dans laquelle je pourrai puiser des forces pour approfondir les relations. Je serais très ravis de me rendre en Russie dans l'avenir le plus proche", a signalé le politique. 


Lire aussi:

Un candidat de l'extrême droite favori de la présidentielle en Autriche
Et le prochain président de l'Autriche est...
L'Autriche semble déjà connaître le nom de son futur président
L'écologiste Alexander Van der Bellen remporte la présidentielle en Autriche
Tags:
élection invalidée, élection présidentielle, Parti de la liberté d'Autriche (Freiheitliche Partei Österreichs, FPÖ), Norbert Hofer, Autriche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook