International
URL courte
17771
S'abonner

De nombreux pays membres de l'Union européenne, notamment l'Italie, déclarent ne pas vouloir respecter les règles communes et envisagent la possibilité d'organiser un référendum sur la sortie de l'UE.

L'Italie vient de rejoindre les rangs des pays membres de l'Union européenne qui ne sont pas d'accord avec les lignes politiques et économiques de l'organisation internationale.

L'évolution des techniques de sauvetage des banques italiennes est notamment devenue une pomme de discorde.

Pour le mois d'avril, les prêts improductifs des banques italiennes s'élevaient à 360 milliards d'euros (ce qui constitue un quart du PIB du pays). Suite aux résultats du Brexit, sept banques italiennes ont été classées parmi les dix banques européennes les plus touchées par le référendum au Royaume-Uni.

La Commission européenne a autorisé l'Italie à utiliser les garanties d'Etat d'un montant de 150 milliards d'euros afin de soutenir la liquidité de ses banques. Pour soutenir la recapitalisation des banques faibles, Rome a également créé un fonds spécial, Atlante, qui devrait être financé avec les moyens de la banque d'Etat, lit-on dans le Financial Times.

Cependant, toutes ces mesures contredisent les règles de l'UE sur le travail avec les banques en difficulté, d'après lesquelles c'est l'argent des créanciers et non celui des contribuables qui doit sauver les banques.

En juin, l'Italie a demandé à suspendre les règles de l'UE, mais la chancelière allemande Angela Merkel a rejeté cette demande la semaine dernière.

A son tour, le premier ministre italien Matteo Renzi a rétorqué que l'Italie "n'avait pas besoin des leçons de l'instituteur".

"Nous sommes prêts à prendre toutes les mesures nécessaires (pour protéger les banques) et nous n'excluons pas de pouvoir agir unilatéralement si cela est vraiment nécessaire", a confié une source du Financial Times proche du dossier.


Lire aussi:

Le Brexit pousse les Juifs britanniques à obtenir la citoyenneté allemande
La Chine part à la conquête des marchés européens via la Grèce
La Hongrie organisera un référendum sur les quotas de réfugiés en octobre
La vidéo d’un homme poussant une femme dans les escaliers du métro parisien suscite une controverse
Tags:
prêt, banques, crise, économie, Union européenne (UE), Matteo Renzi, Angela Merkel, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook