International
URL courte
5282
S'abonner

La publication du rapport de la commission Chilcot dressant un bilan désastreux de l'intervention du Royaume-Uni en Irak a déjà fait couler des tonnes d'encre en Europe, outre-Atlantique et en Irak.

Le secrétaire général d'Amnesty International Salil Shetty ne s'est pas fait prier pour s'exprimer. 

"Avant l'invasion de l'Irak, Amnesty International a demandé avec insistance d'évaluer minutieusement les lourdes conséquences que pourrait entraîner l'opération militaire. A la veille de cette intervention dirigée par les Etats-Unis, nous avons averti sur la nécessité de respecter les normes du droit international en matière de droits de l'homme et de droit humanitaire", a-t-il déclaré. 

"A notre grand regret, nos craintes relatives à la sécurité de la population civile avaient des raisons tangibles. Des milliers de civils ont été tués et blessés, y compris au cours d'attaques illégitimes; des millions de personnes ont été obligées d'abandonner leur domicile; l'Irak a été plongé dans le chaos car les forces d'occupation ne sont pas parvenues à honorer leurs engagements et à assurer la sécurité", a-t-il poursuivi.

​Pour ce qui est du chaos dans lequel le pays a été plongé, il suffit de consulter la carte des attaques terroristes menées dans sa seule capitale, Bagdad, au cours des 13 dernières années, depuis le début de l'intervention. Les points rouges sur cette carte composée par le blogueur russe Armen Gasparian indiquent les endroits à Bagdad où des attentats ont été perpétrés. 


Lire aussi:

Rapport Chilcot: la falsification d'informations restera impunie
Révélations Chilcot: les internautes taillent Tony Blair en pièces
Intervention britannique en Irak: les principaux points du rapport Chilcot
L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Tags:
réactions, guerre d'Irak (2003), Amnesty International, Salil Shetty, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook