International
URL courte
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
2316
S'abonner

Le chef de la diplomatie britannique Philip Hammond a confirmé que le Royaume-Uni ne pouvait pas encore entamer les négociations sur la sortie de l'Union européenne, et donc qualifiait d'imprudent de démarrer le processus officiel de sortie.

Le 23 juin, la plupart des Britanniques ont voté pour la sortie de l'UE. Après cela, l'actuel premier ministre David Cameron a indiqué qu'il allait démissionner et que les négociations sur les conditions de sortie de l'UE seraient menées par le prochain premier ministre, dont le nom sera annoncé le 9 septembre prochain.

Selon Philip Hammond, la tâche du gouvernement est d'obtenir les meilleures conditions lors des négociations et d'exaucer le vœu du peuple de manière à "minimiser les dommages causés à l'économie et aux perspectives pour l'avenir".

Cependant, le pays ne peut pas encore entamer immédiatement des négociations concrètes, donc il serait peu souhaitable d'exécuter le champ d'application de l'article 50 du traité de Lisbonne sur le processus de sortie de l'UE, a fait valoir le ministre Hammond.

Auparavant, la ministre britannique de l'Intérieur et principale candidate au poste de premier ministre Theresa May avait déclaré que, premièrement, Londres avait besoin de développer et de s'entendre avec toutes les forces politiques internes sur sa propre position dans les négociations à venir. Selon elle, cela n'est possible qu'après la formation d'un nouveau cabinet des ministres.

Dossier:
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

Lire aussi:

Une vague de racisme à Londres après le Brexit
Brexit: un journal britannique prie l'UE de ne pas lâcher le Royaume-Uni
Le Brexit et la crise de stratégie dans l’Union européenne
Mission accomplie: Mister Brexit s’en lave les mains
Zone euro: le Brexit, une "belle opportunité" pour les Etats membres
Tags:
négociations, Union européenne (UE), David Cameron, Theresa May, Philip Hammond, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook