International
URL courte
Scandale des emails d'Hillary Clinton (35)
4440
S'abonner

Si la procureure générale des États-Unis Loretta Lynch avait pris la décision de fermer l'enquête à l'encontre d'Hillary Clinton, le ministère de la Justice s'est montré moins conciliant avec l'ancienne secrétaire d’État américaine.

Le département d'Etat américain a indiqué jeudi qu'il allait rouvrir son enquête interne sur l'utilisation par la candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton d'un serveur privé d'emails lorsqu'elle était chef de la diplomatie des Etats-Unis.

"Nous tenterons d'être aussi rapides que possible, mais nous n'imposerons pas d'échéance artificielle au processus", a fait savoir John Kirby, porte-parole du département d'Etat, dans un communiqué.

M.Kirby a refusé d'entrer dans les détails de cette procédure interne, en particulier d'expliciter quels éléments seront examinés.

"Notre objectif est d'être aussi transparents que possible concernant nos conclusions, tout en respectant nos diverses obligations légales", a-t-il poursuivi, cité par l'AFP.

La ministre américaine de la Justice, la procureure générale des États-Unis Loretta Lynch, a déclaré mercredi dernier que les accusations criminelles pour utilisation de serveurs privés pour la correspondance ne seraient pas portées contre la candidate à la présidence Hillary Clinton.

Le FBI a recommandé de ne pas poursuivre la candidate démocrate, en transmettant à la justice son dossier d'enquête qui concluait toutefois que l'ex-secrétaire d'Etat avait fait preuve d'une "négligence extrême".

Dossier:
Scandale des emails d'Hillary Clinton (35)

Lire aussi:

FBI: oui, Clinton a tort, mais elle ne doit pas être traduite en justice
Scandale des courriels d’Hillary Clinton: 3h30 pour livrer sa version au FBI
Traitée d’«Arabe de service», la policière syndicaliste Linda Kebbab porte plainte contre le «journaliste» Taha Bouhafs
«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Tags:
enquête, email, FBI, John Kirby, Hillary Clinton, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook