Ecoutez Radio Sputnik
    Le fils d'Oussama ben Laden promet de venger sa mort

    Le fils d'Oussama ben Laden promet de venger sa mort

    © AP Photo / Musadeq Sadeq
    International
    URL courte
    29423
    S'abonner

    Hamza ben Laden menace de poursuivre les attaques contre les Américains aux Etats-Unis ainsi que dans d’autres pays du monde.

    Le fils d'Oussama ben Laden promet de venger sa mort et de poursuivre son combat contre les Etats-Unis dans un enregistrement sonore diffusé sur internet, rapporte le groupe SITE, qui surveille l'activité des mouvements islamistes en ligne.

    "Nous allons continuer à vous frapper et à vous viser dans votre pays et à l'étranger en représailles à votre oppression des peuples de Palestine, d'Afghanistan, de Syrie, d'Irak, du Yémen, de Somalie et des autres terres musulmanes qui n'y ont pas survécu", dit Hamza ben Laden, cité par Reuters, dans cet enregistrement de 21 minutes intitulé "Nous sommes tous Oussama".

    "En ce qui concerne les représailles de la nation islamique pour le cheikh Oussama — qu'Allah ait pitié de lui — il ne s'agit pas d'une vengeance en son nom, mais au nom de tous ceux qui défendent l'islam."

    Le fondateur d'Al Qaïda a été tué le 2 mai 2011 par un commando des forces spéciales américaines à Abbottabad, au Pakistan.

    Hamza, dont l'âge se situe aux alentours de 25 ans, a vécu avec son père avant les attentats du 11 septembre 2001 et l'a suivi au Pakistan après l'intervention américaine en Afghanistan, selon la Brooking Institution.

    Ayman al Zaouahri, nouveau chef de l'organisation, l'a présenté en août 2015 comme "le lion d'Al Qaïda".

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Réforme des retraites: Delevoye déclare finalement 13 mandats et regrette une «erreur»
    Envoyé par erreur par la poste, un chat passe plus d’une semaine dans un colis
    Tags:
    attaque, menaces, Al-Qaïda, Hamza ben Laden, Oussama ben Laden, États-Unis, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik