International
URL courte
1650
S'abonner

Le char russe T-14 sur le châssis Armata ne sera pas soumis aux tests dans les conditions de combat en Syrie, a fait savoir le directeur général de l'usine Ouralvagonzavod Oleg Siïenko.

En marge du salon industriel Innoprom à Iekaterinbourg, M.Siïenko a déclaré qu'une telle possibilité n'était pas envisagée.

"En plus, cela ne relève pas de notre compétence, nous sommes les producteurs. C'est au ministère de la Défense d'en décider", a-t-il expliqué.

Le char Armata a été conçu par les constructeurs de l'Ouralvagonzavod à Nijni Taguil (Oural). Il a été présenté au public pour la première fois le 29 avril dernier.

Les véhicules de la famille Armata sont dotés d'un système de communication par infrarouge et n'ont pas besoin de communiquer par radio.

Les nouveaux chars ont un système de sécurité à quatre niveaux (invisibilité, protection active, protection dynamique et blindage). Le deuxième niveau de protection permet d'abattre les obus et les missiles antichars en vol et de contrôler l'espace autour du char. Un logiciel de bord évalue les menaces et active les moyens d'interception du blindé. Le troisième niveau assure la protection dynamique du char contre les obus et les missiles.

Le blindage d'Armata, qui constitue le quatrième niveau de protection, comprend plusieurs couches en acier et en matériaux composites. L'équipage du char est en outre protégé par une capsule blindée isolée qui garantit sa survie même en cas d'explosion des munitions.

Lire aussi:

La Russie teste ses chars furtifs Armata
L'Allemagne créera un canon contre le char russe Armata
Nouveau char russe Armata: l'Inde et la Chine séduits
Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Tags:
crise syrienne, essais, char, T-14 Armata, Uralvagonzavod, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook