Ecoutez Radio Sputnik
    Zero Days

    Iran: le virus américain Stuxnet n'est plus une menace

    © Wikipedia/
    International
    URL courte
    2290

    Selon un expert iranien, le ver créé spécialement pour empêcher l'Iran de développer son programme nucléaire a été décrypté par les chercheurs iraniens.

    Le documentaire Zero Days réalisé par le célèbre producteur américain Alex Gibney (Oscar du meilleur film documentaire pour Un taxi pour l'enfer) est sorti aux Etats-Unis. 

    Le film évoque l'histoire d'une importante opération baptisée Nitro Zeus et conduite contre l'Iran par l'Agence nationale de la sécurité des Etats-Unis (National Security Agency, NSA). En marge de cette opération, les Américains ont créé et introduit dans des ordinateurs iraniens le ver cybernétique Stuxnet, la première arme cybernétique américaine dirigée contre l'Iran.

    Stuxnet était censé infecter les ordinateurs gérant les processus technologiques dans les entreprises iraniennes d'enrichissement de l'uranium.

    Selon des données non officielles, Stuxnet aurait à plusieurs reprises menacé des réacteurs dans les villes de Natanz et Arak, ainsi que la centrale nucléaire de Bushehr, et le ver aurait même endommagé plusieurs centrifugeuses des entreprises en question.

    Mais alors pourquoi déclassifier un tel projet si ce virus s'est avéré efficace? Selon l'ex-directeur de la CIA Michael Hayden, "les questions d'utilisation des armes cybernétiques doivent être discutées en public. Cela est nécessaire pour pouvoir prévenir d'importantes catastrophes liées à son utilisation".

    De son côté, la partie iranienne avance une autre explication à la sortie du documentaire. L'observateur politique et expert dans le domaine de la sécurité régionale Mani Mehrabi l'a partagée dans une interview accordée à Sputnik. 

    "Des sites stratégiques d'Iran ont été attaqués par le virus Stuxnet à deux reprises. La première fois, ce ver a effectivement atteint sa cible ayant mis hors service ou endommagé plusieurs centrifugeuses. Néanmoins, l'intention des créateurs du ver d'atteindre leur but le plus rapidement possible a été dévoilée par les services spéciaux iraniens". 

    "Les équipements et les systèmes nucléaires en Iran n'ont pas été connectés à Internet. Or, pour faire pénétrer ce ver dans les systèmes en question, il est nécessaire de créer un gros virus capable d'être transmis via une carte mémoire, par exemple, une clé USB. […] Ce qui importe là-dessus, ce n'est pas la structure de ce virus, mais la méthode utilisée pour le transférer sur les installations nucléaires de l'Iran. Cette méthode a été découverte et décryptée par les spécialistes, ce qui fait que ce mécanisme n'a plus de chance de pénétrer les sites nucléaires iraniens. Il est donc juste de dire qu'à l'heure actuelle ce virus ne présente plus aucune menace".

    "Ce film ne révèle rien de nouveau concernant l'histoire du virus Stuxnet. […] Mais les raisons pour lesquelles ce ver a été créé ont été clairement élucidées. […] En tous cas, ce documentaire a ses propres objectifs commerciaux", a conclu Mani Mehrabi.    


    Lire aussi:

    Mise en oeuvre de l'accord nucléaire: l'UE a levé les sanctions contre l'Iran
    Iran: les tirs de missiles ne violent pas l'accord nucléaire
    Nucléaire: la Russie construira deux nouvelles centrales en Iran
    Tags:
    documentaire, nucléaire civil, virus informatique, nucléaire, Nitro Zeus, Zero Days, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Oscar Academy Award, Alex Gibney, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik