Ecoutez Radio Sputnik
    La récolte des cerises

    Des fermiers belges en détresse exigent qu'on leur rende la Russie

    © Flickr/ Oregon Department of Agriculture
    International
    URL courte
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
    34701

    "Politiciens, rendez-nous la Russie!", voilà le cri de cœur apparu récemment dans un champ en Belgique.

    Le panneau contenant cette inscription est apparu il y a une dizaine de jours au bord de l'autoroute menant à Bruxelles. Visiblement, les fermiers qui se sont décidés à ces mesures ont atteint le point extrême de leur désespoir.

    "Il faut que l'exploitant agricole qui l'a placé au bord de son champ soit à bout de ressources pour en être réduit à une extrémité aussi désespérée que lancer un appel à l'aide de ce genre aux limites de son exploitation, au milieu de nulle part", estime Jean-Pierre Foidart, lecteur soucieux de Sputnik qui a partagé cette image.

    Le panneau Politiciens, rendez-nous la Russie!
    © Photo. Jean-Pierre Foidart
    Le panneau "Politiciens, rendez-nous la Russie!"

    En pleine saison des récoltes, le problème de manque de consommateur se pose de plus en plus crûment.

    "En effet, la récolte des cerises bat son plein et il s'agit d'un fruit qui se conserve peu", poursuit M.Foidart. "Il est très improbable que cet agriculteur soit aujourd'hui en mesure de l'écouler en raison des contre-sanctions de la Fédération de Russie".

    Demain, ce fermier en détresse récoltera ses pommes, après-demain il passera aux poires — mais il ne saura qu'en faire, explique-t-il.

    Que reste-t-il donc aux agriculteurs qui se trouvent dans l'impasse à cause de la politique de leurs gouvernements, qui se sont heurtés à des difficultés immenses du fait des sanctions antirusses? Apparemment, juste de quoi pousser un cri au milieu des champs.

    "Merci l'Union européenne, merci l'Otan", conclut M.Foidart, dépité.

    Les relations russo-européennes se sont considérablement détériorées sur fond de crise en Ukraine, tout particulièrement suite au rattachement de la Crimée à la Russie survenu à l'issue d'un référendum en mars 2014. Les pays de l'Union européenne ont d'abord introduit des mesures restrictives contre des personnes physiques, en vigueur jusqu'au 15 septembre 2016. Par la suite, des mesures restrictives sectorielles valables jusqu'au 31 juillet ont été imposées, ainsi que des sanctions contre la péninsule de Crimée.

    La Russie a riposté, en frappant d'embargo en août 2014 plusieurs denrées alimentaires, notamment les produits laitiers, la viande et les fruits et légumes en provenance de l'UE, du Canada, de l'Australie et de la Norvège.

    Dossier:
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

    Lire aussi:

    Sanctions antirusses: la Maison Blanche appelle l'Europe à se résigner aux difficultés
    Chypre adopte une résolution sur la levée des sanctions contre la Russie
    Sanctions? Des Italiens n'attendent pas leur levée et déplacent leur business en Russie
    La Lombardie adopte une résolution contre les sanctions antirusses
    L'UE prolonge formellement de six mois les sanctions antirusses
    Tags:
    récolte, agriculture, agriculteur, fermiers, embargo, sanctions antirusses, Occident, Europe, Bruxelles, Russie, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik