Ecoutez Radio Sputnik
    L'avion Boeing 777 de la compagnie aérienne d'El Al  à l'aéroport international Ben Gourion

    Un attentat fictif à l'aéroport de Tel Aviv, une histoire à la première personne

    © REUTERS / Nir Elias
    International
    URL courte
    0 17
    S'abonner

    Un journaliste israélien, qui s’est décidé de mettre à l'épreuve le système de sécurité de l'aéroport Ben Gourion "le plus protégé" de Tel Aviv, a raconté à Sputnik comment il l’avait fait et qu’est-ce qu’il visait.

    Le journaliste d'investigation israélien David Suleiman, en se servant de faux papiers, a réussi à s'introduire à bord de 12 avions et même à y faire entrer des "bombes".

    Une initiative bien audacieuse au regard de la réputation de l’aéroport Ben Gourion qui est considéré comme "le plus protégé du monde". Alors, pourquoi prendre un tel risque qui pourrait avoir des conséquences indésirables?

    David Suleiman a raconté à Sputnik qu’il a pris cette décision après que l’avion russe Airbus A321 a explosé le 31 octobre dans le ciel du Sinaï.

    "Après l’explosion de l'avion russe dans le Sinaï, à bord duquel, comme on le sait, l’employé de l'aéroport a introduit une cannette de soda, remplie d'explosifs, je me suis intéressé à la question, à savoir s’il était possible de faire la même chose en Israël, dans l'un des aéroports les plus sûrs du monde", a raconté M. Sulieman.

    En expliquant ses raisons, le journaliste israélien a raconté qu’il n’essayait pas de remédier à un ennui et que ce n’était pas une blague.

    "Mon objectif était de vérifier s'il y avait des brèches dans la sécurité de l'aéroport. Et je les ai trouvées", a fait savoir M. Sulieman.

    Mais comment un journaliste ordinaire a pu pénétrer la sécurité de l'aéroport et faire entrer des "bombes"?

    "Pour le faire, j'ai décidé de devenir un employé de l'aéroport. Pour rendre l'idée plus intéressante, j’ai pris le passeport d’un ami, avec son consentement, bien sûr. De plus, son apparence n’a rien en commun avec la mienne. J’ai obtenu le permis de travail et l’accès à la zone limitée avec ses données et sa photo. Et moi, ayant le permis de travail nécessaire, j’ai reçu une carte d’identification d’employé avec le nom de cet ami et avec ma photo, ce qui m'a donné la capacité de me déplacer librement partout dans l'aéroport", a raconté M. Sulieman.

    La chose qui a le plus étonné le journaliste israélien était le fait que personne ne l’a contrôlé, ni à bord des avions, ni à l’aéroport.

    "Je suis monté à bord de 12 avions et personne ne m’a contrôlé ou ne m’a examiné le premier jour. J’ai introduit à bord de neuf avions des canettes de boisson gazeuse et cartons de cigarettes, qui auraient pu masquer un engin explosif. Et personne n’a vérifié mon identité où ces objets suspects", a déploré le journaliste.

    "Je pourrais être un terroriste qui a volé un passeport et personne ne l’aurait vu", a-t-il ajouté.

    Malgré la plainte que l'aéroport a déposée contre le journaliste, la police ne l’a pas encore dérangé.

    "La police ne m’a pas encore contacté, parce qu'ils savent qu'il n'y avait pas d'intention criminelle, et que c’est une campagne journalistique", a fait savoir M. Sulieman.

    Bien sûr, l’administration de l’aéroport reste humiliée par cet acte de vigilance civile. Cependant, l'expérimentation a eu son effet. L'administration de l'aéroport a assuré qu'elle déploierait tous ses efforts pour prévenir des incidents similaires.

    Rappelons que l'A321 de la compagnie aérienne Metrojet (Kogalymavia) transportant à son bord 224 personnes, dont une vingtaine d'enfants, s'est écrasé le 31 octobre dans le nord du Sinaï sans laisser de survivant. L'organisation terroriste Daech a revendiqué l'attentat. Les extrémistes ont déclaré avoir abattu l'avion en utilisant une canette de Schweppes comme engin explosif improvisé.


    Lire aussi:

    Attentats à l'aéroport Ataturk: vidéo de l'explosion d'un terroriste-kamikaze
    Fusillade à l'aéroport de Dallas
    Explosion à l'aéroport international de Shanghai (Vidéo)
    Onze Russes arrêtés en Turquie après l'attentat contre l'aéroport d'Istanbul
    Tags:
    journalisme, bombe, avions de ligne, expérience, aéroport, attentat, aéroport international Ben Gourion de Tel Aviv, David Suleiman, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik