Ecoutez Radio Sputnik
    Jean-Marc Ayrault

    Alep assiégée par les troupes de Saddam Hussein ou par celles d'Assad?

    © REUTERS / Leonhard Foeger
    International
    URL courte
    15367
    S'abonner

    Le lapsus du jour est l’œuvre du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault...

    Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a fait un lapsus lors d'une interview accordée à la chaîne télévisée France 2, déclarant, sans ciller, que la ville syrienne d'Alep était assiégée par les troupes de… Saddam Hussein.

    Le chef de la diplomatie française venait de rencontrer son homologue américain John Kerry, qui se trouvait à Paris le jour anniversaire de la prise de la Bastille. Les deux diplomates ont évoqué la lutte contre le terrorisme, notamment contre Daech en Syrie et en Irak.

    "Il y a un autre sujet dont nous avons parlé avec John Kerry (…), c'est la paix en Syrie. Le drame d'Alep, qui est aujourd'hui encerclée, assiégée par les troupes de Saddam Hussein mais aussi avec l'appui des forces russes, donc il faut à tout prix obtenir un cessez-le-feu" a estimé le ministre.

    Bien évidemment, M.Ayrault avait bien en vue les troupes du président Bachar el-Assad, mais cela ne l'a pas empêché de continuer à répondre aux questions des journalistes de France 2.

    Le ministre français des Affaires étrangères n'est pas le premier à confondre Assad avec Hussein.

    En juin, le vice-président américain Joe Biden a également commis cette bévue lors d'une interview accordée à une chaîne télévisée américaine.

    "Dans le même temps, nous continuons à coopérer avec la communauté internationale afin de parvenir au règlement qui renversera le pouvoir de Saddam, le fera partir", a déclaré M. Biden.

    L'animateur n'a pas tardé à corriger son interlocuteur, et alors le vice-président s'est excusé:
    "Pardonnez-moi, c'était Assad. Un lapsus freudien", a-t-il ajouté.

    Le régime du président irakien Saddam Hussein (1979-2003) a été renversé en avril 2003 après que la campagne militaire américaine a été entamée. La cour suprême irakienne l'a inculpé pour la mort de 148 habitants du village irakien de Doujaïl en 1982 et l'a condamné à mort. La peine a été exécutée en décembre 2006.

    Lire aussi:

    Un roman de fantasy de Saddam Hussein paraîtra en anglais
    Trump loue Saddam Hussein pour avoir tué des "terroristes"
    Tags:
    lapsus, ministère français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, Saddam Hussein, Joe Biden, Bachar el-Assad, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik