International
URL courte
Attaque au camion à Nice (120)
1317
S'abonner

Ils se tenaient par la main, elle et lui, mais à la vue d'un camion qui fonçait à toute allure sur la foule, ils se sont sauvés en courant et se sont perdus. Plus tard, il a retrouvé le corps sans vie de sa meilleure amie dans une mare de sang.

Jeudi soir, c’était une horreur sur la promenade des Anglais, à Nice, quand un camion fou a foncé sur des gens en pleine insouciance estivale, qui venaient juste de regarder le traditionnel feu d'artifice du 14 juillet, et un jeune homme a perdu sa meilleure amie avant de retrouver son corps sans vie dans une mare de sang. 

"Nous étions sur la promenade des Anglais, comme tous les autres qui y étaient venus pour fêter le 14 juillet. Et ce camion a foncé sur nous à toute allure. Je tenais par la main ma meilleure amie pour que nous puissions nous sauver avec la foule, mais sa main a glissé et je l'ai perdue", a raconté le malheureux à Sputnik. 

Ce dernier a réussi à échapper en sautant sur la plage et, quelques minutes après la fin du massacre, il a retrouvé sur la Promenade le corps ensanglantée de sa meilleure amie. 

"Tout a commencé si bien, dans la joie mais qui est vite devenue le pire des cauchemars", a raconté le jeune homme qui s'est blessé lui-même la jambe en sautant sur la plage. 

 

Nice vient de connaître le pire massacre de son histoire. Au moins 84 personnes ont été tuées après qu’un camion a foncé jeudi soir sur la promenade des Anglais où la foule s’était massée pour le feu d’artifice du 14 juillet. Le chauffeur a finalement été neutralisé par les forces de l’ordre au terme de sa course folle.

Dossier:
Attaque au camion à Nice (120)

Lire aussi:

Dix enfants parmi les victimes de l'attentat de Nice
Après l'attentat, Nice en phase de deuil, mais aussi en phase de solidarité
Attentat de Nice: ces sites du monde qui se mettent aux couleurs de la France
Tags:
terrorisme, attentat, Promenade des Anglais, Fête nationale française (14 juillet), Nice, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook