International
URL courte
Tentative de coup d'Etat militaire en Turquie (201)
5837
S'abonner

A peine arrivé à l'aéroport d'Istanbul, le président turc, accueilli par une foule, a accusé son ennemi juré, l'imam Fethullah Gülen et son mouvement d'être à l'origine du coup, lui conseillant de s'attendre à payer un "prix fort".

Des putschistes de l'armée ont tenté de prendre le pouvoir en Turquie avec des avions de chasse et des chars, entraînant samedi une violente riposte d'Ankara et le retour précipité de vacances du président Recep Tayyip Erdogan, qui semble avoir repris la main.

Accueilli à l'aéroport d'Istanbul en provenance de Marmaris, dans l'ouest du pays, par une foule de sympathisants, M. Erdogan a assuré le peuple turc qu'il continuerait à assumer ses fonctions "jusqu'à la fin".

La chaîne CNN Türk l'a filmé, en train de parler à ses supporters. Il s'agit là, a-t-il dit, d'un "acte de trahison" et les traîtres vont "payer le prix fort". Ce coup d'état est une bénédiction d'Allah, souligne encore le président: il permettra de nettoyer l'armée.

Recep Tayyip Erdogan a félicité les Turcs pour être descendus "par millions" dans les rues, notamment sur l'emblématique place Taksim à Istanbul, noire de manifestants conspuant les putschistes.

Les affrontements, qui ont donné lieu à des scènes de violences inédites à Ankara et Istanbul depuis des décennies, ont fait au moins 60 morts, dont de nombreux civils, a annoncé un responsable turc. Près de de 1.563 militaires sont arrêtés.

Dossier:
Tentative de coup d'Etat militaire en Turquie (201)

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook