Ecoutez Radio Sputnik
    Nucléaire iranien

    Vente d'eau lourde, l'Iran a des clients autres que les USA

    © REUTERS / Heinz-Peter Bader
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2016) (17)
    1450

    Si, suite à l'interdiction du Congrès, les Américains ne peuvent plus acheter à l'Iran son surplus d'eau lourde, Téhéran en vendra à d'autres pays qui s'y intéressent.

    Téhéran mène des négociations sur des livraisons d'eau lourde avec trois ou quatre pays autres que les Etats-Unis, a annoncé le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'Energie atomique (OIEA), Behrouz Kamalvandi. 

    "Nous sommes en train de mener des tractations avec un certain nombre de pays. Les négociations touchent notamment à leur fin avec trois ou quatre clients pour que nous puissions vendre le surplus d'eau lourde si les Américains ne peuvent plus en acheter, suite à l'interdiction du Congrès", a déclaré M.Kamalvandi, cité par l'agence Fars. 

    Jeudi dernier, la Chambre des représentants des Etats-Unis, où les républicains sont majoritaires, a voté en faveur d'une proposition de loi qui bloque l'achat d'eau lourde à l'Iran. Néanmoins, le ministère américain de l'Energie avait signé auparavant un accord d'achat de 32 tonnes d'eau lourde à l'Iran "pour répondre aux besoins de l'industrie et de la recherche nucléaires aux Etats-Unis. Ledit contrat était évalué à 8,6 millions de dollars. 

    Mardi, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Abbas Araghchi a annoncé pour sa part que l'Iran avait vendu aux Etats-Unis 32 tonnes d'eau lourde et en avait reçu l'argent. Quoi qu'il en soit, le montant de cette transaction n'a pas été précisé.

    L'achat d'eau lourde à l'Iran est présenté par les Etats-Unis comme entrant dans le cadre de cet accord historique signé à Vienne le 14 juillet 2015 et entré en vigueur le 16 janvier dernier entre les grandes puissances et l'Iran et prévoyant le contrôle du programme nucléaire iranien. 

    La presse apprend par ailleurs que l'Iran négocierait la vente de 40 tonnes d'eau lourde à la Russie, et que "certains pays européens" se seraient intéressés à la possibilité d'acheter plus de 20 tonnes d'eau lourde iranienne. Les médias ne précisent cependant pas de quels pays concrets il s'agit. 

    L'eau lourde n'est pas radioactive et sa production en Iran ne présente pas de danger pour la sécurité. Aussi, Téhéran peut-il en produire. Pourtant, en application de l'accord sur le nucléaire iranien, l'Iran doit en vendre le surplus, ne pouvant pas avoir sur son territoire plus de 130 tonnes d'eau lourde. 

    Le compromis négocié pendant dix-huit mois par l'Iran avec le groupe dit P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) prévoit d'encadrer et de surveiller les activités nucléaires iraniennes en échange d'une levée progressive des sanctions imposées à Téhéran. 

    L'Iran affirme pour sa part respecter strictement les limites d'uranium faiblement enrichi et d'eau lourde fixées par l'accord sur son programme nucléaire conclu avec les grandes puissances.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2016) (17)

    Lire aussi:

    Nucléaire: l'Iran a fabriqué des tablettes de combustible pour son réacteur à eau lourde à Arak
    Aux USA, la Chambre des représentants bloque l'achat d'eau lourde à l'Iran
    Une loi américaine qui contredit les accords sur le nucléaire iranien
    Tags:
    eau lourde, achat, transaction, argent, clients, livraisons, négociations, Organisation iranienne de l'Energie atomique (OIEA), Behrouz Kamalvandi, Abbas Araghchi, Vienne, Téhéran, Iran, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik