Ecoutez Radio Sputnik
    Le 27è sommet de l'Union africaine s'est ouvert le 17 juillet à Kigali

    Rabat veut réintégrer l'Union africaine, mais sans État sahraoui

    © AFP 2018 CYRIL NDEGEYA
    International
    URL courte
    1289

    Le roi du Maroc Mohammed VI a annoncé dimanche que le moment était venu pour son royaume de retrouver sa "place naturelle" au sein de l'Union africaine, organisation qu'il avait quittée en 1984 en signe de protestation contre l'adhésion de la République arabe sahraouie (RASD) démocratique proclamée par le Front Polisario.

    La non-reconnaissance de la RASD reste la condition du retour du Maroc au sein de l'Union africaine, son attitude sur la question n'ayant pas évolué au cours des dernières 32 années. C'est la position que défend Philippe Hugon, directeur de recherche à l'IRIS et responsable de l'Afrique.

    "Je pense que la condition de l'entrée du Maroc (dans l’Union africaine) c'est la non-reconnaissance d'un État sahraoui. Je crois que la position marocaine n'a pas changé et rien ne laisse entendre qu'il y ait une inflexion sur cette question. A mon avis, la question fondamentale reste celle de la position de l'Algérie qui a été à l'origine notamment de cette reconnaissance. Et c'est à ce moment-là que le conflit entre le Maroc et l'Algérie s'est traduit par le départ du Maroc de l'Union africaine (UA)", indique l'expert dans un entretien à Sputnik.

    En abordant les relations entre la France et le Maroc, l'expert a rappelé que les relations avait été "plus importantes" quand la droite était au pouvoir, alors que la gauche a eu des relations plus fortes avec l'Algérie. Toutefois, reconnaît-il, aujourd'hui ces relations bilatérales entre Paris et Rabat se sont quand même nettement améliorées, notamment dans un contexte de lutte contre le radicalisme religieux.

    "La France est effectivement un allié de l'Algérie, mais elle l'est aussi du Maroc. Elle a, ne serait-ce que par son histoire, une position d'intermédiaire tout à fait centrale dans la question du Sahara Occidental", explique-t-il.

    Et de rappeler que les États européens étaient divisés sur la question du Sahara Occidental et que l'UE, selon lui, n'avait pas de position très claire à ce sujet: "Il y a un principe qu'elle défend c'est le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Mais en même temps il y a la question de l'intangibilité des frontières issue de l'histoire qui est un des principes fondateurs de l'Union africaine. Et donc il y a aussi la question de l'interprétation de l'histoire des frontières du Sahara Occidental qui appartenait aux Espagnols, qui dans le passé lointain faisait partie de l'empire chérifien qui a connu une évolution avec le temps".

    C'est donc à l'Union africaine d'intervenir, résume l'expert avant de conclure: "Il y a peut-être un créneau d'opportunité par rapport au changement de présidence et de nouveaux rapports de forces à l'intérieur de l'UA. C'est peut-être pour ça que le Maroc s'est prononcé pour sa réintégration".

    Le roi du Maroc Mohammed VI a annoncé dimanche que le moment était venu pour son royaume de retrouver sa "place naturelle" au sein de l'Union africaine, organisation qu'il avait quittée en 1984 en signe de protestation contre l'adhésion de la République arabe sahraouie (RASD) démocratique proclamée par le Front Polisario.

    Lire aussi:

    Sahara occidental: le Maroc accuse l'Onu d'avoir mal défini le problème
    Combien de temps pourra durer encore le conflit au Sahara Occidental ?
    L'ONU a annoncé une nouvelle tentative de reglement du conflit dans le Sahara occidental
    Tags:
    reconnaissance, adhésion, Union africaine (UA), roi Mohammed VI du Maroc, Sahara, Algérie, Maroc, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik