Ecoutez Radio Sputnik
    Afghanistan

    Le nombre de victimes ne cesse de croître dans un Afghanistan laissé pour compte

    © Sputnik. Valery Melnikov
    International
    URL courte
    1993210

    L'an dernier une nouvelle vague de violence s'est abattue sur le pays. Environ 10.000 personnes ont été victimes d'actions militaires continues. La Commission indépendante des droits de l'homme en Afghanistan blâme la coalition internationale pour cette catastrophe.

    A la suite de nombreuses opérations militaires et d'attaques terroristes, le nombre de victimes civiles en Afghanistan a augmenté de 17% par rapport à l'année dernière (du 21 mars 2015 au 20 mars 2016, ndlr). Pendant cette période, 9.431 personnes ont été victimes de la guerre, dont 3.129 tuées et 6.302 blessées.

    C’est la Commission indépendante pour les droits de l'homme en Afghanistan qui a présenté ces chiffres dans son rapport. Akhmadziïa Langari, commissaire de l’organisation, a commenté la situation en Afghanistan dans un entretien pour Sputnik.

    D’après M. Langari, la raison principale de l’aggravation de la situation dans le pays est liée à la présence diminuée des forces d'intervention internationales, qui ont essayé pendant 15 ans d’établir un système de sécurité nationale en Afghanistan et qui, soudainement, ont réduit leurs opérations dans le pays.

    Ils avaient une grande force et un potentiel important pour lutter contre le terrorisme, mais ils ont réduit leur niveau d'activité, explique M. Langari.

    Femmes afghanes
    © Sputnik. Kasra Rouyee, Sputnik
    L’interlocuteur de Sputnik a déploré que la coalition internationale n’ait pu empêcher le renforcement des terroristes de l’État Islamique dans le pays du fait du retrait d'une partie importante de ses forces.

    Par conséquent, l’armée afghane, mal entraînée et mal équipée, a subi de lourdes pertes et n'a pas été en mesure d'expulser de son territoire les militants étrangers.

    Privées de l’appui du contingent militaire étranger, isolées sur le plan de l'information et des armes, les forces armées afghanes ont subi des pertes considérables au cours de nombreuses opérations militaires spéciales, y compris au cours des combats qui ont eu lieu dans la province de Kunduz, à l'automne 2015, a poursuit M. Langari.

    En conséquence, dans le contexte de la réduction des troupes armées de la coalition internationale, les forces afghanes ont considérablement diminué leur présence militaire dans toutes les régions du pays.

    "L’État islamique, qui n’était pas présent en Afghanistan il y a un an, a entamé ses activités sur notre territoire, amenant avec eux le sang et la destruction. En fait, le pays est confronté à une nouvelle +vague de violence+, sa source a changé, mais le fond est le même et les pertes ont augmenté", a conclu M. Langari.

    Lire aussi:

    Un journaliste US tué par des talibans en Afghanistan
    Les USA veulent intensifier leurs frappes en Afghanistan
    La logique changeante de Washington en Afghanistan
    La NSA déploie 18.000 agents du renseignement en Irak et en Afghanistan
    Tags:
    opérations militaires, armée, Commission indépendante pour les droits de l'homme, Akhmadziïa Langari, Kunduz, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik