Ecoutez Radio Sputnik
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan (au centre) lors d'une conférence de presse consacrée à la tentative de putsch

    Blâmer le gouvernement turc après la tentative de putsch?

    © REUTERS / Huseyin Aldemir
    International
    URL courte
    3613

    Les organisations de défense des droits de l'homme ont condamné les actions des autorités turques liées aux détentions et arrestations suite à la tentative échouée du coup d'Etat militaire dans le pays.

    La tentative de putsch en Turquie a échoué. Morts, blessés, arrestations… les conséquences de ce coup d'Etat militaire se sont révélées désastreuses.

    Les organisations de défense des droits de l'homme n'approuvent cependant pas les actions du gouvernement turc visant à restaurer la paix dans le pays après les troubles.

    "Ce grand nombre d'arrestations et de détentions effectuées à partir de vendredi est alarmant. Nous suivons de près la situation. La tentative de coup d'Etat a déchaîné une violence horrible. Ceux qui sont responsables d'homicides illégaux et d'autres violations des droits de l'homme doivent être traduits en justice", a martelé John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International.

    Outre cela, l'organisation humanitaire Human Rights Watch a communiqué ses inquiétudes suscitées par les actions des dirigeants turcs.

    "La réponse du gouvernement turc à la tentative du coup d'Etat deviendra une épreuve qui montrera si les autorités tiennent à défendre les principes démocratiques et les droits de l'homme, y compris la liberté d'expression dans les médias et le respect de la primauté du droit", lit-on dans un communiqué publié sur le site de Human Rights Watch.

    Vendredi soir, des militaires turcs ont tenté de perpétrer un coup d'État dans le pays. Après l'échec du putsch, les forces de l'ordre ont interpellé plus de 6.000 personnes, y compris des officiers généraux et des officiers supérieurs.

    Selon Ankara, la rébellion avortée a fait 290 morts, dont 190 civils et 100 putschistes, ainsi qu'au moins 1.400 blessés. Les autorités soupçonnent Fethullah Gülen, prêcheur islamique et opposant, résidant actuellement à Saylorsburg (Pennsylvanie, États-Unis), d'avoir organisé la tentative de coup d'État, mais ce dernier dément toute implication.


    Lire aussi:

    Un million de riyals pour le smartphone qui a permis d'avorter le coup d'État en Turquie
    "Les bombes à hydrogène en Turquie attendent que les malfaiteurs les utilisent"
    WikiLeaks publiera des documents sur le pouvoir politique en Turquie
    Tags:
    putsch, Human Rights Watch (HRW), Amnesty International, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik