Ecoutez Radio Sputnik
    L'emblème d'Interpol

    Paris illégaux sur l'Euro 2016: Interpol arrête 4.100 personnes

    © AFP 2018 ROSLAN RAHMAN
    International
    URL courte
    2133

    L'Organisation internationale de police criminelle Interpol a réalisé 4.100 arrestations et a saisi 13, 6 millions de dollars dans le cadre d'une opération ciblant des sites et lieux de paris clandestins pendant l'Euro 2016 de football.

    Durant l'opération baptisée SOGA VI (pour "SOccer GAmbling", paris sur le football, en anglais), près de 4.000 raids ont été menés dans des lieux de paris clandestins dans toute la Chine, y compris Hong Kong et Macao, en Malaisie, à Singapour, en Thaïlande et au Vietnam, mais aussi en France, Grèce et Italie, précise dans un communiqué Interpol, basée à Lyon (centre est).

    Le montant global de ces paris illégaux est estimé à 649 millions de dollars. Une deuxième opération baptisée Aces, visant des réseaux criminels derrière des sites Web et centres d'appels illégaux et impliquant le Cambodge, la Corée du Sud, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam, a permis d'effectuer 33 arrestations, indique le communiqué.

    Interpol a visé tout d'abord des sites illégaux en Asie:

    "Sur le nombre d'arrestations, c'est la plus grande et la plus importante opération parmi les opérations similaires menées ces dernières années", explique le chef du bureau de lutte contre la criminalité Chan Lok-Wing à Hong-Kong.

    Il s'agit de la sixième opération SOGA. En six ans au total, Interpol a arrêté 12.500 personnes, saisi 53 millions de dollars, et fermé plus de 3.400 sites de paris illégaux dont le montant total est estimé à 6,4 milliards de dollars.

    Lire aussi:

    Valls: un attentat possiblement très meurtrier a été déjoué "juste avant" l'Euro
    La Cour suprême US va décider du sort de 5 millions de migrants illégaux
    Une vente illégale de milliers de tortues rares empêchée à Taïwan
    Tags:
    arrestation, pari illégal, Interpol, Thaïlande, Singapour, Malaisie, Chine, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik