Ecoutez Radio Sputnik
    Brexit

    Londres n’envisage pas de commencer le Brexit cette année

    © Flickr/ Christer
    International
    URL courte
    Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
    0 313

    Selon un responsable au sein du gouvernement britannique, cette année, les autorités du pays ne prévoient pas de commencer le processus de sortie de l’Angleterre de l’Union européenne.

    En 2016, Londres n'envisage pas d'appliquer l'article 50 du Traité de Lisbonne afin d'entreprendre les formalités nécessaires pour la sortie de l'Angleterre de l'Union européenne, selon un juriste au sein du gouvernement britannique.

    Dans une intervention devant la Haute Cour de justice, le juriste Jason Coppell s'est référé aux déclarations de la première ministre britannique Theresa May qui avait déclaré que l'article 50 du Traité de Lisbonne ne serait pas appliqué d'ici la fin de l'année, rapporte Reuters.

    Auparavant, en tant que ministre britannique de l'Intérieur et principale candidate au poste de premier ministre, Mme May avait déclaré que Londres avait tout d'abord besoin de développer et de s'entendre avec toutes les forces politiques internes sur sa propre position dans les négociations à venir. Selon elle, cela n'est possible qu'après la formation du nouveau cabinet des ministres.

    Selon l'article 50 du Traité de Lisbonne, chaque État membre de l'Union européenne a le droit de prendre la décision de sortir du cercle des Vingt-Huit. Pour lancer une telle procédure, le pays doit avertir Bruxelles de son intention, puis commencent des négociations sur l'ordre de la sortie de 

    l'UE en tenant compte des futures relations avec Bruxelles.Après l'entrée en vigueur de l'accord ou dans le cas de son absence, deux ans après l'avertissement, tous les traités de l'UE ne sont plus appliqués à l'Etat qui l'a quitté.

    L'article 50 prévoit également la possibilité, pour un pays ayant sorti de l'UE, de déposer encore une fois sa candidature d'adhésion à l'Union sous certaines conditions communes pour tous les pays candidats.

    Dossier:
    Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

    Lire aussi:

    En surestimant les effets négatifs du Brexit, le FMI jouait son jeu
    Après le Brexit, les Britanniques frappent à toutes les portes
    George Soros: l'UE ne s'effondrera pas après le Brexit, sous quatre conditions
    Christine Lagarde ne mâche pas ses mots contre Trump et le Brexit
    Tags:
    Union européenne (UE), Theresa May, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik