International
URL courte
24705
S'abonner

Malgré l'attaque informatique contre ses infrastructures, l'organisation entend toujours publier ses nouvelles dénonciations.

Les infrastructures de l'organisation WikiLeaks ont subi une sérieuse attaque informatique après l'annonce de ses plans de publier des centaines de milliers de documents sur l'activité du parti au pouvoir en Turquie (Parti de la justice et du développement du président Recep Tayyip Erdogan) suite à la tentative de coup d'Etat.

"Notre infrastructure a subi une attaque soutenue. Nous ne sommes pas certains au sujet de ses véritables origines, mais à en juger d'après le moment de l'attaque, ce serait le parti au pouvoir turc ou ses alliés", a déclaré WikiLeaks sur son compte Twitter. Pourtant, malgré tout, l'organisation a confirmé son intention de publier la première partie de ces révélations.

Auparavant, l'organisation avait annoncé qu'elle envisageait de mettre en ligne entre 300.000 et 500.000 documents sur la "structure du pouvoir politique" en Turquie    

WikiLeaks a prévenu que les autorités turques feraient de leur mieux afin d'empêcher la publication de l'information en question.

"Il sera probablement interdit aux Turcs de lire nos documents sur la politique qui a conduit à ce coup", lit-on dans le message de l'organisation.

WikiLeaks a également demandé au public de soutenir sa campagne en partageant les données divulguées.

Lors de la tentative de coup d'Etat militaire entreprise en Turquie dans la nuit du 15 au 16 juillet, 208 personnes sont mortes et plus de 1.400 autres ont été blessées. Les services de sécurité ont déjà arrêté plus de 6.000 personnes, notamment de nombreux militaires haut gradés.


Lire aussi:

Selon Assange, WikiLeaks a assez de preuves pour traduire Clinton en justice
WikiLeaks révèle de nouveaux secrets du traité TiSA
WikiLeaks: le président brésilien par intérim était un informateur des USA
Panama papers et Wikileaks: le deux poids, deux mesures des USA
Tags:
coup d'Etat, révélations, WikiLeaks, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook