International
URL courte
17221
S'abonner

Les Etats-Unis promettent de rompre tous liens avec un groupe d'opposition syrien soupçonné d'avoir décapité un enfant.

Mark Toner, le porte-parole du département d'Etat américain, a déclaré aux journalistes que Washington arrêterait de soutenir un des groupes d'opposition en Syrie, si ses militants avaient vraiment décapité un enfant.

Un Su-34 russes lors d'un raid anti-Daech en Syrie
© Photo. Ministry of Defence of the Russian Federation
Bien que les autorités américaines soient au courant qu'il s'agit là d'un sujet largement discuté dans les médias, elles "ne peuvent tout simplement pas confirmer" la véracité de telles publications sur le groupe d'opposition syrien Harakat Nour al-Din, a expliqué M.Toner.

Le gouvernement des Etats-Unis cherche néanmoins à obtenir "plus d'informations" sur l'incident, a souligné le porte-parole du département d'Etat américain.

Le diplomate a en outre raconté que l'Armée syrienne libre "avait créé une commission pour enquêter sur l'incident" et avait arrêté les personnes qui auraient été impliquées dans le massacre du mineur.

Dans le cas où les informations sur l'assassinat de l'enfant s'avèreraient, "franchement, cela nous fera remettre en question toute coopération ultérieure avec ce groupe" selon M.Toner.

Une vidéo montrant des membres du groupe Harakat Nour al-Din en train de décapiter un enfant a été diffusée récemment sur Internet. Les extrémistes ont expliqué que le petit avait combattu aux côtés des forces syriennes pro-gouvernementales.

Lire aussi:

La France a effectué 770 frappes en Syrie et en Irak depuis le début de sa campagne
Syrie: les USA ont besoin plus que jamais de la Russie
La Russie a testé ses drones marchant à l'hydrogène en Syrie
Le visage féminin de la guerre en Syrie
Tags:
décapitation, opposition, enfants, Harakat Nour al-Din, Mark Toner, Washington, États-Unis, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook